Victory Soccer, “maison-mère” du LOSC, publie ses derniers comptes

Victory Soccer appartient à 80% à Gerard Lopez, le président du LOSC. / © FRANCK FIFE / AFP
Victory Soccer appartient à 80% à Gerard Lopez, le président du LOSC. / © FRANCK FIFE / AFP

La société londonienne Victory Soccer, "maison-mère" du LOSC majoritairement détenue par Gerard Lopez, a publié vendredi des comptes à l'équilibre pour l'année 2018.

Par Yann Fossurier

Après un exercice déficitaire en 2017 (perte de 2 millions d'euros), Victory Soccer a présenté pour l'année 2018 des comptes à l'équilibre, laissant même apparaître un très léger bénéfice de 46 399 euros.

Cette société, domiciliée à Londres, appartient à 80% au président lillois Gerard Lopez (via la société hong-kongaise Chimera Consulting) et 20% à son directeur général Marc Ingla (via la société espagnole Kramink). Elle contrôle le LOSC par l'intermédiaire de deux autres sociétés : Lux Royalty au Luxembourg (qui a contracté des emprunts obligataires pour financer les Dogues) et L Holding en France (qui détient directement les actions du club).
 
Loading...

Loading...


Victory Soccer détient aussi à 100% la société londienne Scoutly Limited qui chapeaute les activités de détection de joueurs de Luis Campos, conseiller sportif du LOSC, et de son équipe de recruteurs (sept personnes à plein temps et vingt-neuf autres pour superviser des jeunes).
 

Dette en hausse mais les créances aussi


Si Victory Soccer était à l'équilibre au 31 décembre 2018, la "maison-mère" du LOSC a cependant accru sa dette l'an dernier, qui est passée de 7,3 millions d'euros à 13,2 millions (+80%). Seule une infime partie de cette dette (167 151 euros) est due à son actionnaire majoritaire. Pour autant, cette hausse n'a rien de préoccupant puisque Victory disposait dans le même temps de créances (dettes qui lui sont dues) d'un montant de 10,2 millions d'euros (contre 5,7 millions en 2017). 
 

Sur ces 10,2 millions d'euros de créances, 2,3 millions sont dus par sa filiale Scoutly Limited, selon les comptes de cette dernière, parus eux aussi vendredi au registre du commerce britannique. Bénéficiaire en 2017 (+611 260 euros), la branche scouting de Gerard Lopez affiche cette fois une perte de 1,93 million et une dette en forte hausse passée en un an d'environ 245 000 euros à plus de 6 millions.

Mais comme pour Victory, l'augmentation de la dette de Scoutly est en partie compensée par une hausse des créances dont elle dispose : 4,9 millions en 2018 contre environ 795 000 euros en 2017. Cela semble donc indiquer des reports de paiement.
 

Rappelons que Scoutly facture ses prestations au LOSC. Dans une récente interview au Figaro, Gerard Lopez a indiqué qu'elle pourrait à l'avenir travailler avec d'autres clubs européens, en leur donnant accès, moyennant finances, à l'importante base de données joueurs constituée par Luis Campos et son équipe. "Nous pourrions être amenés à partager certaines choses en tenant compte de la concurrence et de l’éthique", avait déclaré le président du LOSC. "Je n’ai pas de souci pour que ça se fasse".   
 

Sur le même sujet

Les + Lus