Cet article date de plus de 3 ans

L'homme arrêté à Anvers après avoir "mis en danger" des piétons habite à Lens

Mohammed R., 39 ans, arrêté ce jeudi à l'issue d'une course-poursuite dans le centre d'Anvers (Belgique) après avoir "mis en danger" des piétons dans une artère commerçante, est un habitant de Lens, dans le Pas-de-Calais, déjà connu de la justice et de la police.

Le suspect roulait à bord de cette Citroën C5 break.
Le suspect roulait à bord de cette Citroën C5 break. © Tamara Van Hasselt / BELGA / AFP
L'information, révélée par La Voix du Nord, nous a été confirmée par une source judiciaire : Mohammed R, arrêté ce jeudi à Anvers en Belgique après une course poursuite, est un habitant de Lens, dans le Pas-de-Calais. Âgé de 39 ans, il a à son casier judiciaire plusieurs condamnations de  droit commun. Il est connu de la police pour des affaires de vols, d'usage de stupéfiants, de conduite en état d'ivresse et de violence conjugale. "Il n'était pas fiché S et n'était pas signalé comme radicalisé selon les premiers éléments d'information", a indiqué une autre source judiciaire à l'Agence France Presse.

Contrairement à ce que le parquet fédéral belge a annoncé en début d'après-midi, il n'est pas de nationalité française mais de nationalité tunisienne. Ce jeudi matin, son véhicule - une Citroën C5 break immatriculée en France - "roulait à grande vitesse sur le Meir", la grande rue commerçante et piétonnière d'Anvers, "donc les gens devaient sauter sur le côté", a déclaré le chef de corps de la police locale, Serge Muyters, lors d'une courte conférence de presse.

Les policiers  autour du véhicule intercepté le long des quais de l'Escaut à Anvers.
Les policiers autour du véhicule intercepté le long des quais de l'Escaut à Anvers. © AFP PHOTO / ANOUK LEEMANS

Sous l'influence de l'alcool lors de son arrestation

Mohammed R. portait une "tenue de camouflage" et a été stoppé sur les quais de l'Escaut à l'issue d'une course-poursuite avec les forces de l'ordre. Selon la RTBF, il était sous l'influence d'alcool et a dû être placé en cellule de dégrisement. Il était également en possession de stupéfiants. "Différentes armes ont été découvertes dans le coffre, des armes blanches, un riot gun (fusil à pompe, NDR) et un bidon contenant un produit encore indéterminé", a énuméré le parquet fédéral belge. Après avoir été examinée par les services de déminage, sa voiture a été évacuée et le périmètre de sécurité levé.

Le parquet fédéral belge, compétent en matière de terrorisme, a annoncé qu'il avait été saisi "au vu des premiers éléments recueillis et compte tenu de ce qui s'est passé hier (mercredi) à Londres", où un attentat revendiqué par le groupe Etat islamique (EI) a fait trois morts, dont deux fauchés par un 4x4. En France, en revanche, le parquet antiterroriste n'a pas été saisi selon nos informations.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
belgique international terrorisme faits divers