Pollution : la qualité de l'air sera médiocre dans toute la région à partir de ce mardi

Publié le Mis à jour le
Écrit par Manon Pélissier
Une station d'Atmo pour mesurer la qualité de l'air.
Une station d'Atmo pour mesurer la qualité de l'air. © GREGORY YETCHMENIZA / MAXPPP

À cause de la vague de chaleur qui s'annonce, la qualité de l'air se détériore fortement dans la région, à partir de ce mardi 23 juillet, d'après Atmo, l'observatoire régional de l'air.

"Très médiocre". C'est le qualificatif employé pour désigner la qualité de l'air des Hauts-de-France à partir de ce mardi 23 juillet, selon Atmo, l'observatoire régional de l'air.
 

En cause : les fortes chaleurs de cette semaine. "Les concentrations en ozone augmentent, notamment à cause de l'ensoleillement et de la hausse des températures", explique Atmo.

Et l'ozone n'est pas inoffensif : il provoque des maux de tête, des irritations au nez et à la gorge, et peut aller jusqu'à entraîner des difficultés respiratoires, comme le détaille Franceinfo.

À noter que lorsqu'on fait du sport, l'on accroît la quantité d'ozone respirée, puisque l'exercice physique nous fait inhaler plus d'air. C'est l'après-midi, lorsqu'il fait le plus chaud, que l'ozone atteint son pic.
 

Changement brutal


La détérioration de la qualité de l'air a été brutale. Hier encore, lundi 22 juillet, l'indice était bon à moyen. Et dimanche, tous les voyants étaient au vert.
 

Avec des températures qui vont continuer d'augmenter mercredi et jeudi, où l'on attend jusqu'à 40 degrés dans le Nord, l'Aisne et l'Oise, la qualité de l'air ne risque pas de s'améliorer. 
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.