La saison des étrennes n'a pas débuté mais les arnaques sont déjà là

Le prix d'un calendrier est libre / © F. HASLIN
Le prix d'un calendrier est libre / © F. HASLIN

À Valenciennes, près d'Arras ou encore à Bapaume, de faux vendeurs de calendriers ont été identifiés. Des règles permettent d'éviter les arnaques. 

Par Clara De Beaujon

Qui a le droit de vendre des calendriers ? 


Si la pratique peut sembler informelle, la vente de calendrier dépend de certaines règles. Elles sont fixées par la mairie ou la préfecture. Ainsi, des grandes villes comme Paris ou Lyon ont interdit les étrennes pour les employés municipaux (comme les éboueurs par exemple). En 2012, plusieurs communes des Flandres avaient déjà été touchées par ce type s'escroqueries

Pour toutes les ventes de calendrier, les employés doivent se présenter en tenue de travail, munis de leur carte professionnelle pour justifier leur identité. Ils n'ont pas l'autorisation de pénétrer dans le logement, sauf si bien sûr s'ils y sont invités. 
 
Les employés de la Poste peuvent vendre des calendriers qu'ils achètent eux-mêmes auprès d'un imprimeur. Ils gardent l'argent récolté pour eux mais n'ont pas le droit de proposer les calendriers pendant leur temps de travail. 
 
Les pompiers reversent l'argent qu'ils récoltent à des associations.
Les pompiers reversent l'argent qu'ils récoltent à des associations.

À l'inverse, les sapeurs pompiers reversent l'argent récolté à des associations de soutien à la profession. Ils ont l'obligation de remettre une attestation. Elle permet aux donateurs d'obtenir une réduction fiscale de 66% du montant du don lors de leur prochaine déclaration d'impôt sur le revenu - car il s'agit d'un don associatif et non de véritables étrennes. 

Dans la plupart des municipalités en France, les éboueurs passent aussi de maisons en maisons pour proposer leur calendrier. 


Cette année, les arnaques concernent surtout les éboueurs

Le Syndicat mixte Artois valorisation (SMAV 62) qui gère la collecte, le traitement et la valorisation des déchets dans le Pas-de-Calais a mis en garde les habitants : la tournée d'étrennes n'a pas débuté. Pourtant, de faux agents ont été identifiés. 

Le syndicat SIAVED dans le Nord a de son côté publié un avertissement sur son site web : des démarcheurs se font passer pour des membres de leur syndicat pour vendre des calendriers. Il n'en est rien. 
 

Comment ne pas se faire avoir ? 

Les mairies et préfectures qui déterminent les organismes qui ont le droit de récolter des étrennes communiquent assez peu sur le sujet. Toutefois, il est possible de les contacter pour s'assurer qu'un démarcheur est bien autorisé à vendre ses calendriers. 
 
La vigilance entre voisins permet souvent de démasquer les faux vendeurs. / © J. BARBARE
La vigilance entre voisins permet souvent de démasquer les faux vendeurs. / © J. BARBARE


Quelques signes doivent vous alerter : si les professionnels ne portent pas leur tenue de travail et surtout s'ils ne sont pas capables de vous présenter une carte professionnelle, repoussez votre achat à plus tard.  

Plus inquiétant, ne laissez pas le vendeur entrer dans votre logement si vous ne le connaissez pas. Si vous allez chercher de l'argent, faites patienter l'agent sur le pas de la porte. 

Les étrennes sont des dons : le prix du calendrier ou d'un autre produit ne doit pas vous être imposé. Libre à vous d'acheter et surtout de donner la somme qui vous convient le mieux. 
 

Qui contacter en cas de doute ?

Pour les éboueurs du Pas-de-Calais, il est possible de contacter le SMAV 62 au 08 00 62 10 62 (numéro vert). Dans le Nord, vous pouvez vous renseigner auprès du SIAVED au 08 00 77 55 37 (numéro vert).  

Sinon, n'hésitez pas à contacter la mairie ou la police municipale. 

Sur le même sujet

Brexit : quelles conséquences dans les Hauts-de-France ?

Les + Lus