En direct Procès de Dominique Cottrez

Octuple infanticide de Villers-au-Tertre : le procès de Dominique Cottrez en direct minute par minute (2ème jour)

2ème jour ce vendredi du procès Dominique Cottrez, mère soupçonnée d'avoir tué huit de ses nouveaux-nés à Villers-au-Tertre. En direct, minute par minute. Verbatim, photos, moments forts, coulisses, vidéos, croquis d'audience. Un procès "hors normes" qui se tient à la cour d'assises du Nord à Douai jusqu'au 2 juillet. Ce jeudi, la Cour d'Assises a écouté le parcours personnel de Dominique Cottrez, tenté de comprendre sa personnalité. Les enquêteurs ont également raconté les circonstances dans lesquelles ils ont découvert les corps de bébés. Son époux, Pierre-Marie Cottrez, ainsi que ses deux filles, pouvaient-ils ignorer ces bébés, entreposés tour à tour dans le panier à linge, les placards et le garage de la maison familiale ? La question a été l'un des grands volets de l'instruction avant que celle-ci ne conclut au non-lieu les concernant. Ce vendredi, le marie de Dominique Cottrez sera appelé à la barre. Les témoignages de l'époux, des deux filles et de deux soeurs de Dominique Cottrez devraient donc constituer les temps forts de la journée.

11:04

LES DERNIÈRES INFOS - Mis à jour le 26/06/2015 à 19:31

    Fin de ce live

    L'audience ne va pas tarder à se terminer. Merci d'avoir suivi ce live. A lundi, l'audition des filles de Pierre-Marie et Dominique doit avoir lieu en début de semaine prochaine. Bon week-end. 

    Bernard, le mari de Jacqueline appelé

    "J'ai connu Dominique à sa naissance, même avant car j'ai été le premier à savoir que sa mère était enceinte d'elle. Je l'aimais comme ma fille."

    Je voudrais vous expliquer le mal-être de Dominique. Il remonte à la naissance de Marie-France. Sa mère a fait une dépression épouvantable [...] Puis elle est retombée enceinte et son médecin traitant lui a dit s'il se repassait la même dépression, qu'il la mettrait en hôpital psychiatrique. Elle s'est reprise mais après la naissance de Dominique, elle nourrissait trop et trop son enfant."

    La défense interroge maintenant Jacqueline

    Me Frank Berton
    Me Frank Berton - JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

    Ecoutes téléphoniques

    La présidente fait remarquer qu'avant février 2011 des écoutes téléphoniques ont permis de mettre à jour des conversations de Jacqueline supposant une relation incestueuse entre Dominique et son père. 

    - La presse en avait parlé répond Jacqueline
    - Non dit la présidente
    - L'enquêteur social nous a mis la puce à l'oreille : "vous avez enfoui dans votre subconscient et quand vous saurez, votre couple aura du mal à résister", nous a-t-il dit. Du coup on a soupçonné des relations sexuelles entre mon père et Dominique. Par élimination, j'avais demandé à mon mari, il m'a dit qu'il ne pouvait pas faire des enfants par correspondance ! On était dans le Midi

    Jacqueline, et "les deux clans"

    La présidente : - Aucun motif qui peut expliquer cette absence de relation ? 
    Jacqueline : - Non

    Jacqueline n'a pas vu Dominique depuis 8 ans, en 2007, date de la mort de leur père. Avant les contacts entre les deux soeurs étaient pour le moins espacés. On tourne un peu en rond. La présidente avait prévenu, Marie-France était théoriquement la plus proche de Dominique. 

    On parle à présent d'argent et d'un clan Jacqueline - Marie-France et d'un autre clan dans la famille sur une histoire d'argent et de papier à signer laissant davantage, lors de l'héritage, à Dominique. Jacqueline et Marie-France n'ont pas signé ce papier alors que le second clan l'a fait. 

    Fin d'audition de Nicole Lempereur, début de celle Jacqueline

    Jacqueline à propos de sa soeur Dominique : Elle est née quand j'avais 17 ans, je l'ai soignée. J'ai quitté la maison à 21 ans quand je me suis mariée. Je suis partie dans le Midi, mon mari ayant été muté. C'était une fille secrète, elle ne parlait pas beaucoup. Elle avait un problème de poids mais elle était heureuse. Ma mère la nourrissait mal, mais je ne lui ai jamais dit, à ma mère, c'était impossible !

    Anne Segond, la présidente de l'audience
    Anne Segond, la présidente de l'audience - PHILIPPE HUGUEN / AFP

    “On vous sent pas très expansive, c'est de famille ? Chacun vit avec ses problèmes dans son coin ? ”

    Anne Segond à Nicole, soeur de Dominique

    Secret de famille ?

    La présidente : - Avez-vous connaissance de dernières paroles de vos parents suggérant qu'il s'était passé quelque chose de grave ? Un secret de famille ?
    Nicole : - Non

    Nicole, contrairement à Marie-France, croit Dominique

    La présidente : - Les relations entre vos parents et Dominique...
    Nicole : - C'était la petite dernière, les parents la préféraient sans doute. Ils étaient un peu âgés quand ils l'ont eue. Votre mère décède 10 ans avant votre père, que se passe-t-il alors ? Y a-t-il un rapprochement entre Dominique et son père ? 
    - Je ne voulais pas y croire. Aujourd'hui, je dis c'est possible, si elle le dit

    Nicole dit par ailleurs ne jamais avoir été victime d'une tentative de "rapprochement" de la part de son père.

    Contrairement à Marie-France, Nicole croit Dominique

    Nicole Lempereur, soeur de Dominique, à la barre

    A propos de sa soeur : elle ne parlait pas beaucoup, c'était une femme très courageuse. Elle faisait beaucoup pour tout le monde. J'habitais Dunkerque en 2007, un peu déprimée, seule depuis la mort de mon mari en 2004, elle m'a proposé d'habiter chez eux... Je n'ai rien remarqué. J'y allais une dizaine de jours et je retournais chez moi. 

    La présidente : - une odeur dans le garage ? 
    Nicole : - J'y allais, mais je n'ai rien senti

    Nicole, 65 ans, a 14 ans de plus que Dominique. Elle était bienvenue dans la famille. Elle aimait bien la ferme, les animaux. dit elle à propos de sa soeur. 

    17h35 : l'audience reprend

    Annelise Cau, adjointe de l'avocat général Eric Vaillant, à ses côtés, au procès de Dominique Cottrez
    Annelise Cau, adjointe de l'avocat général Eric Vaillant, à ses côtés, au procès de Dominique Cottrez - Philippe Huguen - AFP

    Suspension d'audience 15 min

    Le compagnon de Virginie témoigne

    Dimitri, maçon à Villers-au-Tertre parle de Dominique comme une "mamie exemplaire". Toujours "là pour ses petits-enfants". Il évoque aussi une relation très proche entre Dominique et son propre père (M. Lempereur), sans pouvoir en dire davantage.

    Interrogé par Me Frank Berton, le témoin revient maintenant sur l'odeur, effectivement, persistante qu'il y avait chez ses beaux-parents. Et parle d'une odeur de "pieds" (référence à la déclaration de Pierre-Marie Cottrez ce matin)

    Dominique, je l'ai connue avant tout cela. [...] Avec nous tout s'est toujours bien passé

    A Loos-en-Gohelle, il y a un progrès, Pierre-Marie est en cure - il prend des cachets - pour arrêter de boire et il est moins sollicité par des copains. Il fait un effort pour s'intéresser aux comptes. Les deux s'aiment mais pas de la même manière...

    Pourquoi les chiens n'ont rien senti ?

    Ce n'est pas qu'ils ne sentaient rien mais c'est que cette odeur de putréfaction, pourtant forte, ne les "interpelle" pas. Un chien qui n'a pas appris à chercher ces odeurs, ne les relève pas, ne les marque pas. D'autant plus quand ils ont été habitués à ces odeurs. 

    Pas d'autres questions pour le gendarme de la brigade cynophile. 

    Marie-France part, un gendarme de l'équipe cynophile vient témoigner

    Me Carlier : - Est-ce que vous croyez Mme, que cette femme qui adorait son père serait capable de le sâlir en mentant
    Marie-France : - Peut-être
    - Alors je vais vous dire Mme, vous et votre père, vous n'avez pas dû beaucoup l'aimer Dominique. 

    Offensive de Me Berton

    - Quand le juge d'instruction vous demande qu'est-ce que vous pensez des déclarations de Dominique qui accusait votre père d'inceste, que répondez-vous ? interroge Me Berton 
    Marie-France : - Je ne sais plus
    - Je vais vous le relire Mme : "C'est possible, il y avait beaucoup d'amour avec papa", avez vous dit
    Et l'avocat de mettre la témoin face à quatre ou cinq déclarations contradictoires. 

    Selon Me Frank Berton, la témoin aurait, devant le juge eu une attitude complètement différente vis à vis des déclarations de sa soeur, qu'aujourd'hui à l'audience. 

    [...]
    Mme, s'adresse Me Berton à Marie-France, il y a un secret dans votre famille, je pense... Dominique le dira au cours d'un interrogatoire : "j'aimais plus mon père que mon mari", si bien que les agressions lorsqu'elle avait 8 ans deviennent des rapports consentis plus tard. 

    "Vous la croyez capable d'inventer cet inceste pour se défendre ?" "Oui"

    Eric Vaillant : - Vous la croyez capable d'inventer cet inceste pour se défendre ? 
    Marie-France : - Oui

    Yves Crespin : - Est-il possible que votre mère vous ait incité à ne pas avoir d'autres enfants ? 
    Dominique Cottrez : - Non

    Me Berton interroge maintenant Marie-France, toujours à la barre après l'intervention de sa soeur, et lui demande de dire vrai ou faux à ce qu'il va dire... 

    Yves Crespin interroge la témoin

    Yves Crespin, avocat des parties civiles, à Marie-France : votre mère a-t-elle eu suffisamment d'autorité pour vous inciter à avorter et a fortiori inciter Dominique à ne pas avoir d'autres enfants ?
    Marie-France : - Non

    Yves Crespin : Qui a fait le trou dans le jardin selon vous ? 
    - Je pense que ce n'est pas mon père mais je ne sais pas qui l'a fait. 

    "L'inceste avec papa c'est pas vrai, c'est pour se faire passer pour une petite victime"

    La présidente : Qu'est-ce que vous pensez au final de cette histoire ?
    Marie-France : Il faut qu'on sache la vérité. Un point c'est tout. 
    - Votre soeur propose sa vérité, qu'est-ce que vous en pensez ? 
    - L'inceste avec papa c'est pas vrai, c'est pour se faire passer pour une petite victime

    "Je sais que tu mens, ne couvre pas papa et maman" écrit Marie-France en 2011

    La présidente : - pourtant vous (Marie-France) avez écrit : "Dis la vérité [...] Je sais que tu mens, ne couvre pas papa et maman", dans un courrier du 20 janvier 2011.

    La témoin peine à s'expliquer et dit qu'elle croyait que ses parents savaient pour les grossesses de Dominique.

    Les débats s'orientent maintenant sur les avortements de Marie-France. 

  • Afficher les messages précédents

Le reste de l'actualité