Auneuil : la voisine accusée d’avoir brûlé la petite Alicia ne sera pas jugée

Alicia a passé quatre mois à l'hôpital à la suite de ses blessures. / © M. Delannoy
Alicia a passé quatre mois à l'hôpital à la suite de ses blessures. / © M. Delannoy

En mars 2017, une habitante d’Auneuil souffrant de troubles psychiatriques avait immolé la fille de sa voisine, la petite Alicia âgée de 3 ans. Fin décembre 2019, la cour d’appel d’Amiens a déclaré que l'accusée était irresponsable et ne passerait pas devant la cour d’Assises.

Par MCP

"Voilà la justice française, voilà comment on peut vouloir et tenter de tuer sans être poursuivie sans être punie !". Sur la page de soutien consacrée à Alicia sur Facebook, sa mère Mélanie Delannoy a du mal à contenir sa colère.

Fin décembre, cette dernière a reçu un courrier de la cour d’Appel d’Amiens, indiquant que sa voisine, accusée de tentative de meurtre sur sa fille de 3 ans, était déclarée irresponsable. Dans ce courrier, la cour précise que l’accusée Sonia T. est reconnue "pénalement irresponsable de ces faits à raison d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ces actes".
 

La cour a également ordonné l’admission de l’accusée en soins psychiatriques. Cette dernière encourait une peine de 30 ans de réclusion criminelle.
 

Retour sur les faits


Le 21 mars 2017, Sonia T. avait brûlé Alicia, 3 ans, qui jouait dans la cour de son lotissement d’Auneuil, près de Beauvais. La voisine, souffrant de dépression, avait aspergé l’enfant d’un liquide inflammable avant d’y mettre le feu. Grièvement brûlée, la petite fille avait été hospitalisée près de 4 mois avant d’intégrer un centre de rééducation.  

Sur Facebook, la mère d’Alicia continue de donner régulièrement des nouvelles de sa fille aux internautes émus par son histoire.
 

Sur le même sujet

Les + Lus