• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

De Bury dans l'Oise à l'émission Tout le sport : le parcours atypique de Maxime Malovry

Depuis juillet dernier, Maxime est journaliste stagiaire à TLS à France Télévision. Il y a deux ans, il était agent immobilier dans l'Oise. / © Maxime Malovry
Depuis juillet dernier, Maxime est journaliste stagiaire à TLS à France Télévision. Il y a deux ans, il était agent immobilier dans l'Oise. / © Maxime Malovry

Depuis cet été, Maxime Malovry est journaliste stagiaire à l'émission de France 3, Tout le sport (TLS). Un rêve de gosse pour celui, qui originaire de Bury dans l'Oise, vendait des maisons il y a encore 2 ans.

Par Jennifer Alberts


"Quand j'étais petit, j'écrivais des journaux télévisés sur des post-it et je les lisais à mes parents. J'ai toujours rêvé d'être journaliste sportif. C'était ça ou footballeur".

Depuis cet été, Maxime Malovry a la chance de travailler dans les deux domaines qui le passionnent : la télé et le sport. Le jeune homme de 23 ans est actuellement journaliste stagiaire pour l'émission Tout le sport diffusée chaque soir à 20h40 sur France 3. 
 


FC Chambly/Monaco pour sa première au micro


Une histoire qui n'allait pas forcément de soi pour celui qui, originaire de Bury dans l'Oise, avait mis ses rêves de côté. Il y a encore deux ans, il était agent immobilier à Sainte Geneviève. Un CDI qu'il avait signé après son BTS de relation clients passé dans un lycée de Clermont. Avec une mère employée à la Sécurité Sociale et un père directeur de production dans l'alimentaire, Maxime n'est pas vraiment prédestiné à devenir journaliste.

La télé attendra donc. Mais le sport est toujours là : parallèlement à la vente de maisons et d'appartements, Maxime se voit proposer par le FC Chambly un contrat civique pour entraîner les U8, des gamins de 7/8 ans. Le foot, il connaît : il y a joué pendant 15 ans.

Il s'investit dans le club isarien qui fonctionne comme une grande famille. Il administre la page Facebook du club des supporters en y postant des vidéos d'informations pratiques ou de résumés de match. Son aisance tape dans l'oeil des dirigeants du FC Chambly qui lui demandent de commenter les rencontres en direct sur Radio Chambly.

Son premier match derrière le micro ? Les 16èmes de finale de la Coupe de France qui opposaient Chambly à Monaco. Un match perdu 4 buts à 5. "C'était énorme pour moi !! Mon premier match à commenter, je me retrouve avec Monaco !!", se souvient Maxime. 
 

Pion dans un collège de Beauvais


Mais ce sont les réactions de ses confrères d'un soir qui vont changer la donne : "Eric Silvestro (journaliste sportif connu qui officie sur RTL, ndlr) m'a complimenté. Il ne m'a pas cru quand je lui ai dit que c'était la première fois que je commentais un match en direct. Quand ma famille me disait que c'était bien, je pensais qu'elle n'était pas forcément objective. Mais quand c'est un professionnel...Ca m'a fait réfléchir" 

On est en février 2017 et Maxime va prendre une décision "sur un coup de tête : j'ai regardé sur internet les écoles de journalisme dont les études n'étaient pas trop longues. Parce que je ne voulais pas partir dans un truc trop lourd. J'en ai trouvé une : avec un bac+2, on entrait directement en 2ème année. J'ai passé le concours et je l'ai eu"

Le voilà à nouveau étudiant mais en journalisme cette fois. Deux jours par semaine, il est en cours dans le 13ème arrondissement de Paris et le reste de la semaine, il est pion dans un collège de Beauvais. 
 

Son nom et sa voix à la télé



C'est un coup de fil qui va accélérer les choses : en pleine coupe du monde de foot, Maxime reçoit un appel d'un journaliste de Tout le sport sur France 3. L'équipe de l'émission cherche un stagiaire et l'école de journalisme a donné son nom et ses coordonnées.

Et voilà comment, depuis le 23 juillet, Maxime Malovry réalise son rêve d'enfant : du mercredi au samedi, il fait des reportages pour TLS. On entend son nom et sa voix. Sa première période de stage a été prolongée jusqu'en janvier prochain. "C'est allé très vite. Avant ce coup de fil de l'été, je pensais retourner comme pion au collège. Mais je garde les pieds sur Terre".
 


Quand il ne travaille pas à France Télévision, Maxime quitte la colocation qu'il a prise avec son ami d'enfance et retourne chez lui le week-end. Il continue d'assister aux matchs du FC Chambly qu'il live-tweete sur le compte du club. Il passera son diplôme en mai. Il faudra alors passer à la réalisation du rêve suivant : "commenter des matchs importants, d'aller dans des stades mythiques"... En 2022, pour la prochaine Coupe du monde, Maxime aura 27 ans. Un Picard au Qatar ? Pourquoi pas !!

Sur le même sujet

Enquêtes de région : “Notre cher patrimoine”

Les + Lus