"C'est un cauchemar" : une locataire face à une prolifération de cafards dans son logement social dans l'Oise

L'appartement de Marion Bertin, situé à Villers-Saint-Paul, dans l'Oise est envahi depuis 2018 par des nuisibles dont elle ne parvient pas à se débarrasser et qui lui empoisonnent le quotidien. Averti, le bailleur affirme qu'une opération de désinsectisation est prévue dans l'immeuble.

Trois ans que Marion Bertin occupe avec ses deux enfants cet appartement situé au premier étage d’un immeuble de logements sociaux à Villers-Saint-Paul, dans l'Oise. Trois ans que la famille lutte contre des cafards qui s’infiltrent partout, de la cuisine aux chambres en passant par la salle de bain. "Ce matin, j’en avais un dans ma baignoire", raconte la jeune femme de 29 ans, avant d’évoquer les œufs retrouvés sur le four à micro-ondes ou les nuisibles détectés dans les plinthes du salon.

Mon fils, avant-hier soir, en avait encore sur le mur de sa chambre. Il en a peur, il fait des cauchemars !

Marion Bertin, locataire

Cette mère célibataire a bien envisagé de faire appel à une entreprise de désinsectisation. "C’est coûteux, explique-t-elle. Si j’avais eu les moyens, je l’aurais fait. Mais même si je l’avais fait, ils seraient revenus parce qu’il ne suffit pas de traiter notre appartement". Déménager ? "Je ne peux pas me permettre d’aller dans le privé." Alors Marion Bertin se tourne vers Internet pour trouver des "astuces". Dernière en date : une coupelle avec du bicarbonate et du sucre, placée derrière le frigo.

Désinsectisation programmée

Puisque la problématique concerne le bâtiment, la locataire en appelle surtout au bailleur. "On avait eu connaissance, entre 2018 et 2020, d'un problème de cafards à cette adresse, reconnaît-on à Oise Habitat. On avait identifié la source, qui est un logement." En plus du "traitement préventif" effectué une fois par an, l’organisme a alors mis en place plusieurs "actions directes" et "pensait que la situation était résolue".

Après le témoignage dans Le Parisien de deux locataires attestant d’invasions récurrentes, Oise Habitat affirme aujourd’hui avoir conscience de la situation. Une opération de désinsectisation est prévue ce mercredi. L’enlèvement de déchets dans les caves, pointés comme une des causes possibles de la prolifération des nuisibles, a également commencé la semaine dernière et devrait se poursuivre dans la semaine. Marion Bertin dit attendre d’en voir les effets et pointe déjà de nouveaux envahisseurs : "Nous avons des rats", déplore-t-elle, avant de préciser : "une locataire de l’immeuble d’en face en a vu un sortir des égouts de notre immeuble".
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société