A Compiègne, le Clos des Roses retrouve des habitants

Le quartier du Clos des Roses, à Compiègne, a pâti du trafic de drogues. / © France 3 Picardie
Le quartier du Clos des Roses, à Compiègne, a pâti du trafic de drogues. / © France 3 Picardie

En janvier dernier, les habitants du Clos des Roses, quartier compiégnois miné par les trafics, ont été évacués. Les bâtiments se repeuplent aujourd'hui petit à petit, après réhabilitation. 

Par France 3 Picardie / ML

Ce sont de tout nouveaux habitants qui ont pris possession cette semaine des appartements évacués du 8, square Baudelaire, à Compiègne (Oise). Cette adresse du quartier du Clos des Roses avait été évacuée en janvier. Elle était devenue insalubre en raison des trafics de drogue et ses anciens locataires craignaient désormais pour leur sécurité.

Le Clos des Roses retrouve des habitants
Avec Vincent Peronnaud, directeur général de l'OPAC de l'Oise / Reportage d'Emilie Montcho, Nagib Benghezala et Nathalie Perrin - France 3 Picardie

Seule l'une des familles évacuées a souhaité revenir habiter le quartier. Mais parmi les nouveaux arrivants, certains sont résolument optimistes. "Je connais bien le quartier, souligne l'un d'eux. Ça ne m'inquiète pas. Je me sens à l'aise de vivre ici."

"Un supermarché de la drogue"


Il faut dire que l'accès aux logements a été sécurisé : nouveaux digicodes, grilles... "Il y a quelques mois, ici, c'était un supermarché de la drogue, reconnaît Vincent Peronnaud, directeur général de l'OPAC de l'Oise. Il y avait des tarifs affichés ici. Ils avaient détourné des câbles électriques pour installer une radiateur, une télé..."



Des efforts de réhabilitation - 40 logements et les parties communes refaits à neuf pour un coût de 500 000 euros - ont été fournis pour attirer de nouveaux locataires. Une participation financière également : l'OPAC a ainsi décidé d'offrir quatre mois de loyer gratuit aux premiers arrivants. 

Rien qui prévienne toutefois les inquiétudes. "Ici, c'est beau, mais j'espère que ça rester comme ça", soupire l'une des nouvelles habitantes. Les locataires en ont conscience. Les trafiquants ont quitté leur cage d'escalier. Les voilà réinstallés quelques rues plus loin.

Sur le même sujet

Comment bien choisir son sapin de noël ?

Près de chez vous

Les + Lus