Les Sauveteurs de l'Oise fêtent leurs 150 ans

© Sauveteurs de l'Oise - FFSS60
© Sauveteurs de l'Oise - FFSS60

En janvier 1867, naît la Société des Sauveteurs de l'Oise sous la forme d'une société de secours mutuels. Elle est baptisée "Sauveteurs de l'Oise, médaillés du gouvernement". Sa devise : « Sauver ou périr - Courage et humanité ».

Par Camille Di Crescenzo

La commémoration du 150ème anniversaire de l'association des Sauveteurs de l'Oise se déroule ce samedi dans la cité impériale de Compiègne.

Janvier 1867, Zacharie RENDU, architecte et inspecteur aux travaux des monuments historiques crée la Société des Sauveteurs de l'Oise sous la forme d’une société de secours mutuels et sous la dénomination de : « Sauveteurs de l’Oise, médaillés du gouvernement ». Leur devise : « Sauver ou périr - Courage et humanité ».

Les sauveteurs de l'Oise sont des précurseurs dans le domaine du sauvetage et représentent l'un des fleurons du mouvement humanitaire du 19ème siècle.
Ils adhèrent à la Fédération Nationale de Sauvetage (aujourd'hui FFSS), dès sa fondation en 1899. L'objectif est de regrouper tous les sauveteurs des départements français en une force cohérente.
Avec 1350 sociétaires en 1889, la Société des Sauveteurs de l'Oise fut reconnue publiquement à cette époque comme étant la plus importante des sociétés de France.

Au fil du temps, ils se sont distingués dans le sauvetage de personnes mais pas seulement.
En septembre 1901, pendant 4 jours, ils ont assuré la sécurité du Tsar Nicolas II et du Président de la République Française Emile LOUBET, lors de leur séjour à Compiègne.
Sur leur initiative, en 1903, la première école de secourisme est mise en place à Compiègne, dirigée par le Docteur LOIN, avant que les pouvoirs publics ne prennent le relais dans les années 50.
1927, c'est cette fois, toujours à Compiègne, une école de natation sauvetage, qui voit le jour. Elle fonctionna avec succès pendant plusieurs décennies.  820 brevets furent délivrés en 1950 (650 brevets de natation sauvetage et plus de 170 brevets de nageur-sauveteur).

A noter également, que la 1ère femme-grenouille de France, Claude PETEL, figurait dans les rangs des Sauveteurs de l’Oise, en 1951. 

Sur le même sujet

La pêche électrique en question

Les + Lus