Une vidéo choc dénonce la pratique de la chasse à courre en forêt de Compiègne

La vénerie, un mode de chasse ancestral qui consiste à lancer une meute de chiens à la poursuite un animal sauvage jusqu'à sa prise. / © Christian Watier
La vénerie, un mode de chasse ancestral qui consiste à lancer une meute de chiens à la poursuite un animal sauvage jusqu'à sa prise. / © Christian Watier

Un promeneur a filmé l’intégralité d’une chasse à courre dans une forêt de l’Oise. La vidéo choc, publiée mi-septembre sur les réseaux sociaux, expose un jeune cerf dépecé par les chiens. 

Par MCP

Ambiance bucolique, cavaliers élégants et chasseurs en redingote bleue.

La chasse à courre ou « vénerie » n’a rien perdu de ses traditions du XIXème siècle.

C’est ce que raconte un promeneur sur le site Picardiepopulaire.net :

« Parti de Compiègne à 9h40 pour une promenade en forêt, je pédale en direction de La-Croix-Saint-Ouen, et c’est au carrefour Vivier Corax que je tombe sur cet attroupement. Je décide de rester un peu pour observer, par curiosité ».

Intrigué, le promeneur filme discrètement avec son téléphone portable. La chasse à courre est lancée.

Cette pratique consiste à traquer un animal sauvage avec une meute de chiens, jusqu’à sa prise. L'équipage est traditionnellement accompagné de cavaliers et de suiveurs en 4x4.

Extrait de la vidéo publiée sur Picardiepopulaire.net
Extrait de la vidéo publiée sur Picardiepopulaire.net


« Il semble que l’équipage soit d’abord parti sur les traces d’un cerf 10 bois, mais que celui-ci était accompagné d’un daguet, d’une biche et d’un faon. La traque commençant, il a réussi à s’enfuir (étant le plus rapide du petit groupe), et les veneurs ont poursuivi le reste de la famille pendant plusieurs heures, avant de se focaliser sur le jeune daguet (un cerf adolescent) » raconte le promeneur.

Finalement, les chasseurs parviennent à cerner le jeune cerf.

« Quand j’ai rejoint les autres, j’ai trouvé le daguet allongé par terre, tremblant, entouré de ses bourreaux. La meute lui arrachait des lambeaux de chair à vif, et, dans ses yeux écarquillés, on pouvait lire la terreur ainsi que la douleur insoutenable qu’il devait ressentir. Un des valets décide d’étouffer ses derniers gémissements, en écrasant sa gueule de sa botte » s’indigne le témoin.

Attention, ces images peuvent heurter la sensibilité d'un public non averti


Parmi les chasseurs mis en cause, Alain Drach, maître de l’équipage “La Futaie des Amis”.

Ce dernier a assuré à nos confrères de l’Oise Matin que l’animal était mort lorsqu’il a été offert aux chiens : « C’est du grand n’importe quoi. Lors de la curée, l’animal était mort. Je l’ai achevé avec un coup de dague en plein cœur […] Je conçois qu’on n’aime pas, mais cela fait partie de la chasse. Ces chiens sont des amours, mais ils ont des gènes de loups. Ce sont des prédateurs ».

De leurs côtés, les militants anti-vénerie refusent d’en rester là.

Le collectif AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd'hui) a lui aussi relayé la vidéo sur son site.

L'association a même organisé un rassemblement contre la chasse à courre à Saint-Jean-aux-bois (Oise) le 28 octobre prochain. 


Un pied de nez aux chasseurs, qui ont l’habitude de célébrer une messe ce même jour pour bénir leur meute et célébrer leur loisir.

Sur le même sujet

Témoignage du père d'un patient de l'hôpital Pinel

Près de chez vous

Les + Lus