En campagne pour les européennes, la tête de liste du Parti communiste (PCF) Ian Brossat a lancé son "tour de France des maternités" à Creil, dans le sud de l'Oise, ce lundi 11 février. L'adjoint au logement de la maire de Paris, qui fait de la défense du service public un point majeur de son programme, n'a pas choisi cette première étape au hasard. L'hôpital de Creil vient juste d'apprendre le transfert de son service maternité vers celui de Senlis à quelques dizaines de kilomètres de là.

En compagnie de sa colistière Marie-Hélène Bourlard et du député Alain Bruneel, le candidat a rejoint sur place Loïc Pen. L'homme est bien connu ici : le médecin, chef de service des urgences de l'hôpital isarien jusqu'à sa démission en décembre, lutte pour la rouverture du service maternité de Creil. S'il se présente aujourd'hui sur la liste du PCF aux européennes, c'est pour continuer ce combat pour la sauvegarde du service public, indique-t-il.


 
 

"Un autre service public"

"Je suis candidat sur la liste du PCF aux européennes parce que je voudrais qu'on fasse une autre politique de santé. Nous ne concevons pas la Santé comme une marchandise (...) si on veut un service public efficace, comment le finance-t-on ? On croule sous l'argent, sauf qu'on n'en voit pas la couleur dans le service public," souligne Loïc Pen. En luttant contre la fraude fiscale, sa liste entend "créer une structure, un fonds social qui peut financier les services publics, aider au développement des territoires."

La fermeture de la maternité de Creil, décidée par l'agence régionale de santé (ARS) effective début janvier 2019, ne laisse plus que trois maternités dans le département de l'Oise. Au lieu de se rendre au service de l'hôpital de Creil - qui pratiquait 1 500 accouchements par an - les parents habitant le plateau creillois devront gagner Senlis, situé à une dizaine de kilomètres. Or, près de 40% des habitants de l'agglomération creilloise ne dispose pas de véhicule. Les communistes, comme les équipes municipales de l'agglomération, appellent à la sauvegarde du service malgré la décision de l'ARS, quitte à passer en justice.
 

Notre reportage à Creil (Oise)

Ce contenu n'est pas compatible AMP.