Oise : à Laigneville, le maire force un ouvrier à venir récupérer 5 tonnes de dépôt sauvage de gravats

Le maire de Laigneville Christophe Dietrich (ici en août 2016) fait la chasse aux dépots sauvages d'ordure sur sa commune depuis plusieurs années. Lundi 3 septembre, il a découvert 5 tonnes de gravats dans un bois bordant Laigneville (médaillon). / © Christophe Dietrich; LP/Guillaume Georges/Max PPP
Le maire de Laigneville Christophe Dietrich (ici en août 2016) fait la chasse aux dépots sauvages d'ordure sur sa commune depuis plusieurs années. Lundi 3 septembre, il a découvert 5 tonnes de gravats dans un bois bordant Laigneville (médaillon). / © Christophe Dietrich; LP/Guillaume Georges/Max PPP

La commune de Laigneville (Oise), près de Creil, est régulièrement la cible de dépôts sauvages d'ordures. Après avoir découvert cinq tonnes de gravats dans un bois, le maire a sommé le fautif de venir récupérer ses déchets sous peine de poursuites judiciaires.

Par V.P.

À Laigneville (Oise), le combat contre les dépôts sauvages d'ordures continue. Lundi 3 septembre, le maire de la commune, Christophe Dietrich, a découvert cinq tonnes de gravats dans un bois derrière le château d'eau de la commune.

La chose n'est pas nouvelle, mais l'ampleur du dépôt est impressionnante : comme à son habitude, l'élu sans étiquette procède à une opération "retour à l'envoyeur" qu'il décrit dans une vidéo publiée sur sa page Facebook "Bien vivre à Laigneville". Le maire réussit à identifier l'auteur et son employeur : "il n’a pas de bol : il a été vu [par un agriculteur], pris en photo et signalé," explique-t-il. Trois camions seraient ainsi passés par là pour déverser les gravats dans la matinée du 3 septembre.


Le maire de Laigneville parvient à joindre le fautif et à le sommer de venir chercher ses gravats, sous peine de poursuites judiciaires. L'ouvrier obtempère. "Ça prend trente secondes à déverser, mais par contre, il va mettre six heures à ramasser ses crasses à la main," souligne Christophe Dietrich. ​​​​​​

 

Ce dernier est célèbre pour ses "opérations retour à l'envoyeur" : armé d'une benne, il avait pour habitude de renvoyer les ordures laissées par leurs anciens propriétaires... devant le domicile de ces derniers. Ici, la faute a pu, en dehors d'une contravention, se régler à l'amiable.

Sur le même sujet

​​​​​​​Wattignies : les salariés de Babou en grève pour dénoncer leurs conditions de travail

Les + Lus