• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

“Je ne laisserai pas salir ma ville” : la maire de Méru dénonce sur Facebook un reportage de C8 sur sa ville

© France 3 Picardie
© France 3 Picardie

"Méru une des villes les plus dangereuses de France."  Voilà comment est présentée la ville isarienne par C8 pour un reportage qui lui est consacré et qui sera diffusé sur la chaîne le 25 octobre. La maire Nathalie Ravier dénonce dans un message Facebook le contenu de l'annonce du reportage.  

Par Halima Najibi

Les habitants du quartier de la Nacre sont choqués par le portrait qui est dressé par C8 de leur ville et plus particulièrement de leur quartier. "Trafic de drogue, armes, prostitution, agressions (...). La Nacre, un ensemble de barres HLM où 50%  des habitants ont moins de 30 ans. Quarante nationalités s'y entassent avec ou sans papier. (...) Pour beaucoup de ces militaires, c'est un baptême du feu au contact des délinquants les plus endurcis." Un résumé qui fait froid dans le dos. A l'annonce de la diffusion de ce reportage, la première élue de la ville, injoignable ce jour, et des habitants ont réagi sur les réseaux sociaux.    


Une famille témoigne sur son quotidien à Méru

 

La famille Baroudi habite dans le quartier depuis plus de 10 ans. Ils sont arrivés à Méru en 2007.


« C'est pas la réalité de ce que je vis moi et mon entourage. On est bien loin du résumé du reportage, témoigne la mère de famille. Nous n'avons pas un sentiment d'insécurité ou de peur le soir dans le quartier. Il m'est arrivé de sortir au restaurant avec des amis et de rentrer à pied du centre-ville à chez moi, je n'ai jamais été agressée. J'ai grandi dans le 95, près d'Argenteuil. Comparé à Méru, on se sent plus tranquille ici. On est bien loin des quartiers chauds de Marseille ou du Bronx. »  
 

«Ils nous ont sali»


Si la famille Baroudi ne nie pas qu''il y a des problèmes de délinquance, elle souligne qu'ils sont identiques à n'importe quelle ville de France. Morhad Baroudi raconte ce qu'il a vu du tournage.  « Ils sont arrivés il y a quelques mois dans le quartier pour filmer. Ils étaient accompagnés par les gendarmes, la police en civil et la brigade criminelle de Paris, et un hélicoptère qui volait au-dessus du quartier. Ils ont sorti le grand jeu. Les jeunes ont l'habitude de se réunir devant l'épicerie du quartier. Ils les ont sorti. Ils ont également procédé à une arrestation chez un jeune de la cité qui a fait une connerie à 6 heures du matin. Il y a bien plus chaud que nous en Picardie : Compiègne, Beauvais par exemple. On est dégoûtés par le résultat de ce reportage, ils nous ont sali. Méru a beaucoup évolué en dix ans, il y a eu des chargements en positif. »         

► Le tweet de C8 qui annonce la diffusion du reportage sur le quotidien des gendarmes à Méru. 

► Nathalie Ravier maire DVD de Méru depuis 2014, dénonce un reportage racoleur sur sa ville. Elle a publié un message Facebook pour exprimer sa colère et sa désapprobation. 

Sur le même sujet

Enquêtes de région : “Notre cher patrimoine”

Les + Lus