Gilets jaunes : à Senlis, une opération péage gratuit pour marquer l'anniversaire du mouvement

Des gilets jaunes sont parvenus à rejoindre la barrière de péage de Senlis, ce samedi 16 novembre au matin. / © France 3 Picardie / C. Jean-Pierre
Des gilets jaunes sont parvenus à rejoindre la barrière de péage de Senlis, ce samedi 16 novembre au matin. / © France 3 Picardie / C. Jean-Pierre

Ce samedi 16 novembre, un an après le début de la mobilisation des gilets jaunes de nombreux rassemblements étaient organisés à travers la France. Dans l'Oise, une centaine de personnes se sont rassemblées à un péage à proximité de Senlis.

Par M.L. et C.J.-L.

Ils n’avaient laissé que peu d’informations sur les réseaux sociaux. Tôt ce matin, une centaine de gilets jaunes ont rejoint un péage à proximité de Senlis pour relever, de nouveau, les barrières et offrir aux automobilistes un passage gratuit. Une manière de marquer, comme partout en France, l’anniversaire du mouvement.
 

Le 17 novembre 2018, 282.000 manifestants avaient été recensés. La protestation, au départ centrée sur une taxation du carburant avant de s’élargir à de nombreuses thématiques sociales et politiques, n’avait rassemblé ces dernières semaines que quelques milliers de personnes.

"Nous tenons bon"


Dans l’Oise, la mobilisation a « une saveur amère et une saveur d’espoir », décrit Bruno. Malgré les concessions du gouvernement (primes d'activité, heures supplémentaires défiscalisées, débat national), « tout n’est pas réglé aujourd’hui, considère-t-il. Il y a quelques avancées, mais on ne peut pas se permettre d’avoir des gens qui crèvent de faim alors qu’ils travaillent. »
 

Le retraité souhaite voir « un regain » dans cette journée de mobilisation. « Tout le monde disait que les gilets jaunes étaient plus ou moins morts, avance-t-il. Mais non, nous sommes là, nous tenons bon. »
 
Gilets jaunes : à Senlis, opération péage gratuit pour l'anniversaire du mouvement
Reportage de C. Juteau-Lermechin, C. Jean-Pierre, S. Dufour.


Tensions à Paris


Le rassemblement a été évacué du péage à la mi-journée. Certains participants ont alors pris la direction du centre-ville, d’autres formulant le projet de rejoindre Paris, où plusieurs milliers de personnes étaient attendues dans la journée.
 

Des heurts ont toutefois éclaté dans la capitale avant-même le départ des marches officielles. L’une d’entre elles, prévue à 14h au départ de la place d’Italie, a été annulée par la préfecture de police. A 19h, cette dernière faisait état de 129 interpellations et 78 gardes à vues.
 

Interdiction dans l'Aisne



Les gilets jaunes de l’Aisne ont également été confrontés à un arrêté préfectoral d’interdiction de manifestation. Étaient concernées les zones du rond-point de l’Archer, ceux de la route de Chevreux à Soissons, de Mercin-et-Vaux/Pommiers et de Venizel. Le préfet avait déjà interdit plusieurs de ces rassemblements depuis le mois de septembre.
 

D’autres rassemblements avaient également lieu sur des ronds-points de la Somme. Tôt ce matin, les chasubles fluos étaient ainsi visibles notamment à proximité d’Amiens ou de Roye.
  

 

Sur le même sujet

Les + Lus