Opposant tchétchène assassiné dans un hôtel à Lille : ce que l'on sait sur ce probable “crime politique”

Imran Aliev / © CAPTURE D'ECRAN YOUTUBE / KYFiK OLEG - PRIME SHOW
Imran Aliev / © CAPTURE D'ECRAN YOUTUBE / KYFiK OLEG - PRIME SHOW

Un opposant tchétchène de 44 ans a été tué à coups de couteau la semaine dernière dans un hôtel de Lille, un assassinat susceptible d'avoir un mobile politique. Voici ce que l'on sait.

Par AFP

Que s'est-il passé ?


La nuit du mercredi 29 au jeudi 30 janvier, un blogueur tchétchène nommé Imran Aliev, 44 ans, arrive depuis la Belgique avec un autre homme "a priori de la même nationalité" (passeport russe), selon une source proche de l'enquête. Ils louent ensemble une chambre d'hôtel sur la place de la gare Lille-Flandres.

Jeudi matin, vers 11h30, les sapeurs-pompiers interviennent dans une chambre de cet hôtel, où ils découvrent le corps d'Imran Aliev, qui présente "de multiples plaies". Selon une source proche de l'enquête, la scène de crime est d'une extrême violence et l'homme décédé aurait été victime d'une centaine de coups de couteau. Une arme blanche est découverte dans la chambre.
 

Un autre blogueur tchétchène installé en Europe, connu sous le nom de Tumso Abdurakhmanov, indique très vite qu'il pense savoir qui est le tueur : selon lui, il a passé deux nuits à Berlin avant de rejoindre la Belgique en train le 20 janvier, où il est resté une semaine. Toujours selon lui, cet homme a ensuite tué Aliev avant de retourner en Tchétchénie.
 

Qui est la victime ?


Imran Aliev, également connu sous le pseudonyme de Mansur Staryi, est un blogueur très critique à l'encontre du régime tchétchène de Ramzan Kadyrov accusé régulièrement de violations des droits de l'Homme. Il avait affirmé dans une vidéo avoir déjà été l'objet d'une tentative d'assassinat à l'été dernier. Selon une source proche de l'enquête, Aliev a obtenu le statut de réfugié politique en Belgique fin 2012 après une deuxième demande d'asile (sa première demande, en 2011, n'avait pas abouti). Ce statut a été accordé à toute sa famille, dont son épouse. Il a plusieurs enfants, nés entre 2002 et 2018.
 

Imran Aliev "avait le profil de quelqu'un de plutôt violent et agressif. Même s'il n'a jamais été condamné en Belgique, il avait effectué quelques mois de prison en 2015 pour menaces, rébellion et port d'arme prohibé", selon une autre source proche de l'enquête.

 

Où en est l'enquête ?


Le parquet de Lille a ouvert une information judiciaire contre X pour assassinat, ce qui veut dire que son meurtre aurait été prémédité. L'enquête est confiée à la police judiciaire de Lille. Aucune interpellation n'a eu lieu pour l'instant. Son assassinat "porte toutes les caractéristiques d'un mobile politique" mais "il faut rester prudent", a-t-on ajouté de source proche de l'enquête.  

"Beaucoup de gens pourraient lui en vouloir", a glissé une autre source proche de l'enquête. "Je ne doute pas que [Aliev] figurait sur une liste de personnes condamnées à mort", a déclaré au Guardian Tumso Abdurakhmanov, un blogueur vivant en Europe qui a reçu aussi des menaces.  
    
    
    
 

Sur le même sujet

Les + Lus