Coronavirus : à Arras, le marché aux bestiaux devient centre d’accueil pour les chauffeurs routiers

Publié le Mis à jour le

C'est l’un des plus grands marchés aux bestiaux au Nord de Paris. Installé sur un vaste site, il est devenu, depuis mercredi, un lieu d'accueil pour les chauffeurs routiers. Géré par la Communauté Urbaine d’Arras, il était fermé en raison des mesures de confinement.

Malmenés depuis la mise en place du confinement, les chauffeurs routiers ne trouvaient plus de quoi se nourrir, se reposer, se doucher lors de leurs déplacements. Aprés la fermeture des restaurants et cafés, afin de ralentir la propagation du virus covid-19 et la fermeture des aires d'autoroute, durant une semaine, les routiers avaient le sentiment d’être des "pestiférés".
 


Un site de repos sécurisant et propre


Sensibilisé par cette situation, la Communauté Urbaine d’Arras - CUA - a décidé de réouvrir par solidarité, le site du marché aux bestiaux, sur la Zone Industrielle de Saint-Laurent-Blangy. L’accueil se fait tous les jours, y compris le week-end, de 6 h à 20 h. Les chauffeurs doivent se signaler à l’entrée pour que le stationnement des camions respecte une distance réglementaire dans le cadre des mesures barriéres. Des sanitaires sont mis à disposition, avec là aussi des consignes de sécurité stricte : Une personne à la fois et des installations entretenues plusieurs fois par jour par une société de nettoyage extérieure.

"On y accueille pour l'instant des chauffeurs routiers des Hauts-de-France. Ils viennent livrer ou chercher leur marchandise dans les nombreux entrepôts de la zone. Ils sont des acteurs indispensables actuellement dans la chaîne d’approvisionnement, leurs conditions de travail devenaient trés compliquées, du fait des mesures de confinement imposées par l'épidémie de coronavirus" explique Cécile Stoquert, en charge de la communuication de la CUA.
 
Ce sont les trois agents de la CUA qui travaillent habituellement au marché aux bestiaux, qui s'occupent du site. Ainsi les chauffeurs routiers, en transit, peuvent stationner pour la nuit, se reposer, se laver et même se restaurer. "Un camion ambulant, qui avait l'habitude de fournir des lycéens, propose des sandwichs et autres produits de boulangerie sur le site. Nous avons mis à leur dispsition un micro-onde pour faire réchauffer leurs repas " précise Cécile Stoquert. "Le premier jour, ils étaient 5. Jeudi, ils étaient 10. En journée, on peut avoir jusqu'à une vingtaine de routiers stationnés là, pour l'instant peu restent dormir sur le site, 5 à peu prés chaque nuit. Nous pensons pouvoir en accueillir jusqu'à une trentaine, pas au delà pour éviter des problémes sanitaires..."

Les chauffeurs routiers reprennent la route le lendemain matin, sans avoir à signaler leur départ. Les entreprises de logistiques du secteur, la fédération des transporteurs routiers et la Sanef ont diffusé auprés des chauffeurs cet accueil d'Arras.


Une carte interactive pour trouver des lieux de repos


Face à cette situation compliquée, les chauffeurs routiers ont lancé le slogan #OnRoulePourVous sur les réseaux sociaux. Une manière d’appeler à la solidarité et au respect envers leur profession. car la filière transport logistique constitue le cœur de l'économie nationale. Sans elle, pas d’échanges.
 

Aprés les avoir fermés, le préfet du Pas-de-Calais a décidé de rouvrir les aires d’autoroutes du réseau Sanef. Dans un contexte d’épidémie de coronavirus et de confinement des personnes, le transport de marchandises est, plus que jamais, d’un intérêt vital. C'est pourquoi l’État a mis en ligne sur Bison Futé des cartes destinées aux transporteurs. Elles permettent la localisation des aires de repos et de services sur le réseau routier national ainsi que les centres techniques pour les poids-lourds.

 
L’ensemble des transporteurs se disent favorables au développement de l'initiative de la CUA. "Cette action répondait aux difficultés d’accueil des chauffeurs routiers et nous faisons appel aux autres communautés d'agglomération pour faire preuve elles aussi de solidarité sur leur territoire", souligne Cécile Stoquert.