• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Elections européennes: l'Arrageois Pascal Canfin accepte d'être numéro deux sur la liste LREM

Pascal Canfin quitte la direction de WWF France pour une candidature LREM aux Européennes. / © MaxPPP
Pascal Canfin quitte la direction de WWF France pour une candidature LREM aux Européennes. / © MaxPPP

Pascal Canfin a annoncé au lendemain de son départ de la direction de WWF France qu'il acceptait d'être numéro deux sur la liste LREM aux élections européennes, dans une interview publiée ce mardi sur l'édition du Monde en ligne.
 

Par YF avec AFP

"Les échanges que j'ai eus depuis dix jours avec le président de la République m'ont apporté les assurances nécessaires pour qu'aujourd'hui je prenne cette décision", déclare Pascal Canfin, 44 ans et natif d'Arras. L'ONG avait annoncé lundi que l'ex-ministre écologiste de Jean-Marc Ayrault avait décidé de quitter son poste de directeur général du WWF France.

"L'écologie sera l'axe majeur, premier et transversal du projet" de LREM, estime-t-il pour justifier sa décision. La liste sera dirigée par la ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau, qui s'apprête à quitter ses fonctions pour "mener le combat" du parti d'Emmanuel Macron aux européennes.

"Les personnalités au profil et aux compétences écologistes seront nombreuses à être en position éligible sur la liste", observe M. Canfin."S'il s'agissait juste d'avoir un nom, le mien, en deuxième de liste, sans que cela n'entraîne un choix collectif, ça n'aurait eu aucun sens". "Les Verts allemands ont salué la lettre sur l'Europe qui présente le projet européen d'Emmanuel Macron. En m'engageant sur ce projet, je ne vois pas en quoi je trahirais les idéaux qui sont les miens. Au contraire, j'essaye de les rendre possibles", ajoute le directeur sortant du WWF France, interrogé sur les risques que les écologistes, notamment EELV, crient à la trahison.

Pascal Canfin avait pourtant refusé d'entrer au gouvernement, fin août, après la démission de Nicolas Hulot. "Aucun écologiste ayant des convictions écologiques n'ira dans ce gouvernement s'il n'y a pas de big bang (...) L'État aujourd'hui n'est pas organisé pour produire la transition écologique à l'échelle dont on a besoin", avait-il alors justifié.
 

Sur le même sujet

Les concerts puis confidences d'Arno et de Dick Annegarn

Les + Lus