Cet article date de plus de 3 ans

Dix jours après les incendies, l'institut Calot de Berck a rouvert ses portes

L'hôpital était fermé à la suite d'incendies volontaires dont il a été la cible début février. L'activité a à présent repris dans les services.
L'activité a repris à l'institut Calot de Berck (Pas-de-Calais). L'hôpital était fermé après une série d'incendies qui l'a frappé, d'abord en janvier puis début février. Les admissions de patients sont à présent rouvertes. "On est contents de retrouver dans nos locaux, parce qu'après les premiers incendies du mois de janvier, on a déménagé dans un autre service", témoigne Alexandre Croquelois, neurologue.



Dès la fermeture des services le 9 février après leur évacuation, le personnel a exprimé son souhait de retour à la normale. "Souvent, les événements de ce type soudent une équipe pour faire face, affirme Benoit Veillard, directeur de l'institut. On a des personnes qui sont revenues de congés payés pour nous proposer leurs services pour tous, main dans la main, repartir et redémarrer."



L'enquête a permis d'identifier un suspect, un agent de sécurité de 29 ans qui a reconnu être l'auteur de la dizaine de départs de feux qui ont touché l'institut dans la journée du 9 février, avant de se rétracter. Il nie toutefois être à l'origine du premier incendie, survenu fin janvier. Aucun lien n'a pour le moment été établi avec le "corbeau" qui sévissait depuis le mois d'octobre.



Une aide-soignante, qui a reconnu avoir envoyé des messages de menace à la direction et certains membres du personnel, comparaissait lundi devant le tribunal de Boulogne-sur-Mer. Son audience se tiendra le 17 mai prochain. Elle est sous obligation de soins et d'expertise psychiatrique, assortie d'une interdiction de rentrer en contact avec les plaignants. 



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers