Béthune : le corps d'un homme encastré à l'avant d'un train découvert au terminus

Le conducteur et le contrôleur du train Lille-Béthunes ont trouvé un corps à l'avant du train, vendredi soir. Deux heures plus tôt, plusieurs trajets avaient été interrompus après la découverte d'une jambe à Phalempin.

Les agents de la SNCF ont fait une macabre découverte, vendredi 5 janvier. Au terminus du trajet reliant Lille-Flandres à Béthune (Pas-de-Calais), vers 19 heures, ils ont trouvé le corps d'un homme encastré à l'avant du train, .

Selon la SNCF, le conducteur du TER ne s'était pas rendu compte qu'il avait heurté quelque chose. D'autant plus que la collision ne s'est pas produite à un passage à niveau ou en gare, mais en pleine voie dans l'obscurité sur la commune de Phalempin.

Une jambe retrouvée à Phalempin


C'est à cet endroit qu'un peu plus tôt, vers 17h45, le conducteur d'un autre train avait donné l'alerte après avoir vu une partie de jambe sur les voies. Le trafic avait été interrompu pendant près de deux heures, le temps de l'intervention de la gendarmerie.

L'entreprise a dû mobiliser plusieurs bus pour raccompagner les quelque 200 passagers des trois trains impactés. Ce n'est qu'à la découverte du reste du corps que le lien s'est fait entre les deux incidents.

Les enquêteurs de la compagnie de gendarmerie de Phalempin profitent d'une activité moindre ce samedi entre 10h et 12h pour inspecter la voie entre Lille et Douai - l'une des plus fréquentées de la région.

L'homme, qui ne possédait pas de papiers sur lui, n'a pas encore pu être identifié. On ignore également s'il s'agissait d'un suicide ou si la victime a été happée dans d'autres circonstances.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Hauts-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité