Accident de Samer : la mère de la fillette décédée à nouveau mise en examen

Le tribunal de grande instance de Boulogne-sur-Mer. Photo d'illustration. / © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Le tribunal de grande instance de Boulogne-sur-Mer. Photo d'illustration. / © PHILIPPE HUGUEN / AFP

Elle n'était jusqu'à présent poursuivie que pour complicité de tentative de meurtre.

Par Quentin Vasseur

La mère de la petite Hanëya, décédée le 22 août après un accident de la route à Samer, a été mise en examen la semaine dernière pour homicide involontaire et blessures involontaires, aggravées par sa conduite en état d'ivresse et son défaut de permis de conduire, a indiqué le procureur de la République de Boulogne-sur-Mer Pascal Marconville, confirmant une information de La Voix du Nord.
 

La femme de 34 ans était déjà mise en examen pour complicité de tentative de meurtre et placée en détention depuis le 23 août. Elle n'a été déférée que le mercredi 4 septembre dans le cadre de l'accident qui a coûté la vie a sa fille de 18 mois.

"Son alcoolémie était très au-delà de la limite légale et elle n'était pas titulaire du permis de conduire" a souligné le magistrat.

 

Rappel des faits


Lundi 19 août, la voiture du couple originaire de Carly, près de Boulogne-sur-Mer, avait percuté le mur de soubassement d'un pont ferroviaire à Samer. Une heure plus tôt, son conjoint est soupçonné d'avoir tenté de poignarder l'ancien amant de sa conjointe à Boulogne-sur-Mer, avec la complicité de cette dernière. 
 

Dans la voiture accidentée se trouvaient leurs trois enfants âgés de 18 mois, 3 ans et 4 ans. La plus jeune, Hanëya, avait été hospitalisée en urgence au Centre hospitalier régional de Lille tandis que le reste de la famille était pris en charge à Boulogne-sur-Mer.

C'est de cet hôpital que les parents ont pris la fuite dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 août. Ils n'avaient été interpellés que le mercredi 21, à Outreau, alors qu'ils étaient en état d'ébriété.

Leur petite fille est décédée le soir même, et une cagnotte en ligne a été lancée pour financer ses obsèques. Son frère âgé de 3 ans est toujours hospitalisé. "Il y a des craintes de conséquences neurologiques" indique le procureur de Boulogne-sur-Mer, puisque l'enfant pourriat être "paralysé sur une partie de son corps". Le dernier enfant, âgé de 4 ans, ne devrait quant à lui garder aucune séquelle physique de l'accident.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus