• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Boulogne-sur-Mer : bénédiction du 3ème navire de la Scopale

Le 3e bateau de la Scopale a été béni. / © @F3Nord
Le 3e bateau de la Scopale a été béni. / © @F3Nord

La Trinité, le 3e bateau acquis par la coopérative de pêcheurs de Boulogne-sur-Mer, a été béni ce vendredi. 

Par Jeanne Blanquart

"Au nom du père, du fils et du Saint-Esprit..." : une bénédiction pour la Trinité, le nouveau bateau de la Scopale, coopérative de pêcheurs boulonnais. Chaque bénédiction de navire est un événement et la communauté des pêcheurs de la côte étaient bien présente pour saluer l'équipage de ce bateau nouvelle génération flambant neuf.

Boulogne-sur-Mer : bénédiction du 3ème navire de la Scopale
>> Un reportage de Lila Haffaf, Flavien Bellouti et Michelle Vansteenkiste.


"Il est très bien, a une très bonne tenue de mer, c'est très agréable", explique Stéphane Fournier, propriétaire associé du bateau. 


Renouvellement de la flotte


Ce bateau a été construit et mis à l'eau pour la première fois à Dieppe en Normandie. Il est le troisième chalutier de la Scopale. Stratégie affichée : renouveler la flotte, diversifier la pêche et soutenir l'artisanat dans le port de Boulogne sur mer. Une stratégie qui a un coût : 2,5 millions d'euros par bateau. 

"On avait plutôt tendance à voir les bateaux partir les uns après les autres", précise Eric Gosselin, président de la Scopale. "Là on en voit arriver. C'est le 3e et il y en a encore deux à venir d'ici la fin de l'année donc c'est très bien. Un bateau comme ça, il est censé débarquer au port de Boulogne environ 500 tonnes de poisson sur l'année !"


Des pêcheurs polyvalents


Même si la quantité de poisson débarqué recule, Boulogne reste le premier port de pêche français. Pourtant, en 4 ans, il a perdu 25 de ses chalutiers. La faute notamment à des quotas trop restrictifs qui obligent désormais les pêcheurs à se renouveler.

"Les gens relancent de nouvelles activités, des nouveaux bateaux de type différent pour pouvoir être polyvalents, faire plusieurs métiers", explique Olivier Leprêtre, président du comité des pêches régional. "Comme ça s'il y a un souci sur une espèce, ou des réglementations qui bloquent la pêche, on peut se rabattre sur d'autres espèces."

Deux autres bateaux sont en construction pour la Scopale. Ils seront livrés d'ici la fin de l'année. 


Sur le même sujet

La Séquence du filmeur

Les + Lus