• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Calais : les migrants dénoncent des violences policières et demandent le soutien des élus

© France 3
© France 3

Ils étaient rassemblés ce vendredi près d'un camp, alors qu'un démantèlement est prévu d'un instant à l'autre.

Par Q.V avec Didier Pithon

Un jeu permanent du chat et de la souris, des descentes quotidiennes, des violences gratuites et même des confiscations de tentes et de portables... voilà ce que dénonçaient, ce vendredi, les réfugiés de Calais rassemblés dans un camp sur le point d'être démantelé.

"La police vient nous déloger chaque jour, même la nuit. Et si on refuse, ils nous tapent" assure l'un d'entre eux. "On veut l'expliquer au public et on veut qu'on respecte nos droits. C'est pour ça qu'on manifeste" souligne un autre.

 

"Nous ne sommes pas des animaux, nous sommes des êtres humains"

"Nous ne sommes pas des criminels, nous sommes des réfugiés, nous sommes humains" pouvait-on notamment lire sur les banderoles. Derrière ce message, une volonté de discuter avec les responsables politiques, notamment de la région.
 
Calais : les migrants dénoncent des violences policières et demandent le soutien des élus

"On aimerait bien que les politiciens viennent parler avec nous pour trouver ensemble une solution" explique l'un des réfugiés. "On n'est pas là pour vivre dans les bois, nous ne sommes pas des animaux, nous sommes des êtres humains. On peut négocier avec eux."

Entre 150 et 200 réfugiés se trouveraient encore à quelques pas de l'ancienne jungle de Calais.
 

Sur le même sujet

Sonia Choukar, championne du monde de boxe thaï

Les + Lus

Les + Partagés