Le cri du cœur de la mère de Yannis, atteint d’autisme, sur liste d'attente pour intégrer un IME : "On se sent abandonnés par l'Etat"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Laura Roudaut

Atteint de troubles autistiques, Yannis est sur liste d'attente pour intégrer un Institut médico-éducatif à Calais. Sa mère refuse d'attendre trois à quatre ans. Elle a lancé une pétition en ligne pour alerter sur la situation critique de son fils de 7 ans reconnu handicapé à 80%.

“Yannis doit attendre 3-4 ans avant d’être admis en Institut médico-éducatif... donc pas de scolarité adapté à son handicap avant ses 11 ans.” Pour Anissa Bouifer, la situation scolaire de son fils Yannis, 7 ans, atteint de troubles autistiques, est critique.

En attendant de trouver une place dans l’un des deux IME de Calais, l’enfant n’est scolarisé qu'à hauteur de deux heures par jour en classe de maternelle. “Avec son handicap, c’est déjà compliqué de l’éduquer, déplore-t-elle, nous nous sentons abandonnés par l’Etat”.  

Je souhaiterais une aide de l’Etat pour faire avancer les choses et que mon petit garçon bénéficie comme chaque enfant du droit a l’école et d’étudier dans les meilleures conditions qui soient pour lui

Anissa Bouifer, mère de Yannis, 7 ans, en attente d'une place en IME

Plus de 16 000 signatures de soutien sur la pétition en ligne

La semaine dernière, cette mère de famille a lancé une pétition en ligne “Soutien pour Yannis : une place en IME” adressée à l’Académie de Lille, à Karine Gauthier, vice-présidence du conseil départemental Pas-de-Calais en charge du handicap, au ministre de l’Education nationale et au président de la République, l'appel à l'aide accompagné d'une photo du petit garçon a déjà recueilli plus de 16 000 signatures.

“J’ai perdu mon emploi pour pouvoir m’occuper de mon fils”, explique Anissa Bouiffer. Chaque jour, elle doit récupérer son fils à l’école à 11 heures après les deux heures de classe quotidienne en maternelle. “C'est compliqué de le faire garder. Aucun employeur ne souhaite embaucher quelqu’un avec ma situation." 

Dans cette famille vivant à Guines près de Calais, seul le père travaille, en intérim. “Une situation précaire”, selon la mère de Yannis, qui estime que l'Etat ne fait pas suffisamment pour les personnes handicapées. "On avance pas, on recule”.

"Yannis est un petit garçon plein de vie et de capacités. Il est sociable et autonome, décrit-elle. J'ai peur qu'il ne trouve pas d'emploi plus tard". Anissa Bouifer espère que la pétition en ligne et la médiatisation de la situation de son fils fera "avancer les choses".