• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Noyelles-Godault : l'unique survivant de la catastrophe de Metaleurop, Latif Colak, est décédé

Latif Colak donne une conférence de presse au palais de justice de Béthune en 1997, le premier jour du procès de la catastrophe de Metaleurop. / © GERARD CERLES / AFP
Latif Colak donne une conférence de presse au palais de justice de Béthune en 1997, le premier jour du procès de la catastrophe de Metaleurop. / © GERARD CERLES / AFP

Latif Colak, seul survivant de la catastrophe industrielle de Metaleurop en 1993, est décédé samedi 10 août à l'âge de 51 ans, des suites d'un cancer de la peau.

Par Manon Pélissier

Unique survivant de la catastrophe industrielle de Metaleurop, Latif Colak est décédé samedi 10 août à l'âge de 51 ans, des suites d'un cancer de la peau, a annoncé La Voix du Nord.
 

Une fuite de zinc


Ce maçon-fumiste, brûlé au troisième degré à 93% de sa surface corporelle, avait 25 ans le jour des faits, le 16 juillet 1993. Dans la matinée, une fuite de zinc avait été localisée dans une colonne de distillation, dans l'atelier de raffinage zinc.

À 12h32, alors que 11 ouvriers se tenaient autour de cette colonne et tentaient de comprendre d'où venait la fuite, des vapeurs brûlantes s'étaient échappées et avaient embrasé l'air ambiant.
 
Noyelles-Godault : archives de l'explosion de Metaleurop en 1993
Archives INA

Un technicien est mort sur le coup, les 9 autres sont morts dans les heures ou les jours qui ont suivi l'accident. Tous étaient grièvement blessés, brûlés à plus de 80% de leur surface corporelle. Latif Colak était donc le seul survivant de la plus grande catastrophe industrielle qu'avait connue le Pas-de-Calais depuis la fermeture des mines.
 

Fonderie liquidée en 2003


10 ans après l'accident, en 2003, l'usine Metaleurop Nord, plus grande fonderie de plomb et de zinc d'Europe, est liquidée. Elle laisse derrière elle 830 salariés, sans aucun plan social.

Plusieurs documentaires ont d'ailleurs été réalisés à ce sujet, en 2003, car la liquidation s'était faite dans la plus grande discrétion : les ouvriers ont appris la nouvelle dans la presse.

Jean-Michel Vennemani, avec Metaleurop : Germinal 3, Stéphane Czubek et Gilles Lallement avec Le conflit Metaleurop ou encore John-Paul Lepers avec Metaleurop, l'autre guerre
 

L'indemnisation des 187 anciens salariés de la fonderie, liée à la liquidation, est d'ailleurs toujours en suspens. En mai 2018, la Cour de cassation avait annulé la décision de la Cour d'appel de Douai, qui condamnait la maison-mère de Metaleurop, Recyclex, à indemniser pour environ 8 millions d'euros les salariés.
 

La question de la pollution des sols


Une autre polémique continue toujours : la pollution des sols. Les habitants se battent pour faire reconnaître la responsabilité de l'État dans cette question de santé publique. Implantée depuis 1894, l'usine métallurgique, classée Seveso, produisait jusqu'à 130 000 tonnes de plomb, 100 000 de zinc et 250 000 d'acide sulfurique par an.
 

Sur le même sujet

Recette de la pâte à tartiner par Benjamin Bajeux

Les + Lus