• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Le maire d'Hesdin, recherché par les gendarmes après sa révocation, poste une photo de lui aux Bahamas

Stéphane Sieczkowski-Samier en juillet 2019. A droite, une photo postée sur page Facebook depuis les Bahamas. / © FRANCE 3 / FACEBOOK
Stéphane Sieczkowski-Samier en juillet 2019. A droite, une photo postée sur page Facebook depuis les Bahamas. / © FRANCE 3 / FACEBOOK

Avec un message teinté d'ironie...

Par Q.V

On sait (peut-être) enfin où se trouve Stéphane Sieczkowski-Samier. Le maire d'Hesdin, qui a été officiellement révoqué mercredi dans une décision rendue publique par le Conseil des ministres, a donné des nouvelles sur sa page Facebook : il se trouverait aux Bahamas.
 

Au Club Med Colombus Isle, même, si l'on en croit son post accompagné du commentaire : "Touché mais pas coulé". Une phrase qui plaira aux gendarmes qui sont à sa recherche depuis ce matin, afin de lui remettre en mains propres sa révocation.
 
Le maire d'Hesdin, recherché par les gendarmes, poste une photo de lui aux Bahamas

La photo, qui le montre sur une plage donnant sur une mer d'un bleu pur, a été publiée vers 14H40 mais rien n'assure qu'elle ait été prise aujourd'hui. D'autant plus que le temps semble plutôt pluvieux. Selon les conseillers municipaux que l'on a pu rencontrer, l'édile pourrait plutôt se trouver au Maroc où il a l'habitude de se rendre.
 

 

Faux, selon son avocat


Stéphane Sieczkowski-Samier "n'est pas en cavale" s'était amusé son avocat, Me Hervé Krych, lorsque nous lui demandions ce jeudi matin où se trouvait son client. Se disant "en contact avec lui", il indiquait d'ailleurs qu'une conférence de presse était en préparation.
 
Joint à nouveau cet après-midi, Me Krych assure par ailleurs que le maire d'Hesdin "n'est pas aux Bahamas". S'il a posté cette photo, ce serait "pour montrer qu'il n'est pas destabilisé, pas abattu par la situation comme certains pourraient le penser". Il confirme d'ailleurs la tenue d'une conférence de presse dans les jours à venir.
 

La défense du maire de 26 ans a d'ailleurs précisé vouloir "attaquer cette révocation contre le Conseil d'État", dénonçant "une forme d'acharnement" et considérant que "la prudence et la précaution auraient voulu que l'on attende la fin de son procès pour détournement de fonds publics avant de prononcer cette révocation".

Le jeune édile, qui à son élection en 2014 (sous l'étiquette Divers droite) était le plus jeune maire de France, est visé par plusieurs enquêtes, notamment pour détournement de fonds publics, acquisition d'armes de troisième catégorie, prise illégale d'intérêt et complicité de faux et usage de faux en écriture publique. Dans cette dernière affaire, il a été mis en examen, tout comme sa mère, conseillère municipale.



 

Le boum de la culture du lin dans l'Oise

Les + Lus