Le Pas-de-Calais bascule aussi en vigilance sécheresse dans certains zones et la consommation d'eau doit baisser

Publié le

Après le nord, c'est au tour du Pas-de-Calais d'être placé en vigilance sécheresse. Le préfet a choisi de "zoner" le département car la recharge hivernale a été globalement bonne sauf dans l'ouest du département.

Les restrictions d'eau commence un peu tôt pour les Hauts-de-France. Après le Nord qui a basculé ce 12 mai 2022 en vigilance sécheresse, c'est donc au tour du Pas-de-Calais de s'adapter à ce printemps exceptionnellement sec.

' La recharge hivernale a été globalement bonne et les nappes sont remontées à des niveaux satisfaisants sauf à l’ouest du département où les niveaux restent bas ', explique la préfecture du Pas-de-Calais. 

Depuis début février, "les températures sont très au-dessus de la normale. L’ensoleillement est très excédentaire et le déficit de pluviométrie atteint 63 %", ajoute le représentant de l'Etat dans le département.

Sécheresse agricole constatée 

L’humidité des sols superficiels est bien en dessous de la normale, proche du record du faible indice.

Le département du Pas-de-Calais est en situation de sécheresse agricole. Les prochaines semaines sont annoncées comme pouvant être sèches et chaudes. Les débits des cours d’eau ont baissé fortement.

Préfecture du Pas-de-Calais

" La Slack au seuil de vigilance mi-avril passe au-dessous du seuil d’alerte et la Liane est au seuil de vigilance sur le Boulonnais. La Hem (Audomarois, Delta de l’Aa) passe en vigilance. "La situation climatique actuelle se traduit par une augmentation des prélèvements pour l’alimentation humaine et pour l’irrigation, notamment dans les eaux superficielles (delta de l’Aa, la Lys, la Scarpe). Avec la reprise économique, les prélèvements industriels vont retrouver leur niveau normal. Il faut donc craindre des baisses fortes et rapides du débit des cours d’eau et l’apparition d’assecs avec des conséquences sur les milieux aquatiques".


La situation de vigilance « sécheresse » a donc été décrétée. Citoyens, collectivités et professionnels sont appelés à réduire les usages de l’eau qui ne sont pas indispensables.