Lens : "un village des restaurateurs" allume ses fourneaux sur le parvis de la mairie

Pour offrir une alternative à la fermeture des restaurants, la ville de Lens, en partenariat avec l’office municipal du commerce et les unions commerciales, a ouvert un "village des restaurateurs" sur le parvis de la mairie. Le service a commencé le 8 avril et c’est déjà un carton. 

Le "village de la restauration" a démarré le 8 avril sur le parvis de la mairie à Lens et rencontre un vrai succès.
Le "village de la restauration" a démarré le 8 avril sur le parvis de la mairie à Lens et rencontre un vrai succès. © Arnaud Desmaretz

"Nous avons commencé notre service à emporter à 11h30 et à 11h55 nous n’avions plus de plats à servir !", s’exclame heureux Franck Leroy, chef du restaurant L’Etiquette. "C’était la même chose pour les onze autres restaurants", ajoute-il. 

Depuis le 8 avril, douze chalets ont pris possession du parvis de la mairie de Lens. Douze chefs cuisiniers lensois se sont installés dans ces structures en bois, prêtées par la mairie pour démarrer le "village des restaurateurs". La restauration à emporter se déroule du mardi au dimanche, de 11h30 à 14h30, avec la possibilité de réserver un plat à l’avance. 

La ville de Lens (Pas-de-Calais) voulait répondre à l’initiative nationale lancée par l’UMIH (Union des métiers et de l’industrie de l’hôtellerie), à la fin de l’année 2020 : « Place aux restos ». Une idée qui permet aux restaurateurs des communes d’installer un stand de vente à emporter sur les marchés locaux. Mais la municipalité lensoise l’a imaginé autrement : "On a voulu améliorer l’offre en créant directement un marché des restaurateurs. Pour plus de confort et d’hygiène, la mairie a décidé de ressortir les chalets de Noël !", explique Arnaud Desmaretz, adjoint aux commerces à la ville de Lens. 

Une idée commune 

L’idée est née il y a quelques semaines à la mairie : "Au départ, j’étais un peu sceptique sur la formule. On voit que dans des communes ça fonctionne. Dans d’autres non", confie l’élu, également restaurateur. Elle a finalement séduit tous les partenaires, puisque l’office municipal et l’union commerciale se sont alliés aux restaurateurs pour monter ce projet. Pour permettre une installation adaptée au service, l’office municipal du commerce a investi 3000 euros dans l’achat de vitrines réfrigérées. La mairie ayant prêté les chalets et offert l’électricité aux restaurateurs, l’initiative est gratuite pour eux. 

Dans ce projet, la ville de Lens fait part de sa volonté d’aider une nouvelle fois les restaurateurs : "Si cette initiative peut permettre de faire la jonction entre le confinement et le déconfinement, c’est parfait !", explique Arnaud Desmaretz. La date du 15 mai a été annoncée par le Président de la République, comme une prochaine étape de sortie de crise.
 

C’est un peu un tour de chauffe avant la vraie reprise !

Franck Leroy, chef cuisinier du restaurant l’Étiquette


Le projet a tout de suite enchanté la brigade du restaurant L’Étiquette, fermé depuis la mi-octobre : "Nous ne faisons pas de click and collect, donc cette initiative c’est un bon moyen de remettre les équipes au travail, de reprendre nos repères, nos habitudes de travail. Cette reprise, c’est avant tout pour le moral !", s’exclame Laurence Leroy, la gérante du restaurant. 

"C’est un peu un tour de chauffe avant la vraie reprise !", ajoute gaiement son mari, Franck Leroy. Le chef cuisinier est moins confiant concernant un retour des clients en terrasse le 15 mai. Pour le Lensois, les conditions météorologiques dans les Hauts-de-France ne le permettront pas : "On nous parle de terrasses ? Ici, il y a trois jours, il gelait ! La table, c’est un plaisir, si vous mangez emmitouflé et que vous avez froid, je ne vois pas où est le confort !", estime-t-il.  

Le "village de la restauration" sur le parvis de la mairie à Lens
Le "village de la restauration" sur le parvis de la mairie à Lens © Arnaud Desmaretz

Une volonté : développer l’initiative 

Le dispositif a été pensé par les restaurateurs comme un menu à la carte. Sur le marché, on trouve de tout, du cornet de frites jusqu’au plat gastronomique. "Les cartes vont évoluer tous les jours et les restaurateurs se sont mis d’accord entre eux pour ne pas servir la même chose ! ", explique Arnaud Desmaretz. 

Pour le moment, le projet n’a pas de date de fin. La mairie pense même à le développer dans les semaines à venir : "La première semaine, nous sommes sur une phase de test. Mais nous réfléchissons à comment faire évoluer les choses, d’autres idées sont déjà dans les tuyaux de la municipalité."

Dans les départements du Nord-Pas-de-Calais, ces initiatives se sont développées et font le plaisir des Nordistes. À l’image du "Marché des chefs" présent sur les bords de la Deûle à Lambersart (Nord), qui depuis son lancement en décembre 2020, rencontre un vrai succès. Pour les chefs comme pour leur fidèle clientèle, le plaisir de se retrouver, n’a pas de prix. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société déconfinement sorties et loisirs