Troisième étoile pour Alexandre Gauthier dans le Pas-de-Calais ? Retour d’étoile pour Florent Ladeyn dans le Nord ? Nos pronostics avant le palmarès du guide Michelin 2022

Publié le Mis à jour le

Le célèbre guide rouge présente son palmarès ce mardi 22 mars à 16 heures. Dans le Nord et le Pas-de-Calais, il se murmure que plusieurs chefs pourraient être récompensés.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Pour les gastronomes les plus pointus, c’est l’événement à ne pas manquer : le palmarès du guide Michelin. Cette année, et pour la première fois depuis sa création, la grande célébration de la gastronomie est organisée en province. Rendez-vous est pris à 16h30 à Cognac, où 100 chefs et 200 journalistes sont attendus pour le palmarès du guide Michelin, édition 2022.

Plusieurs étoiles vont être annoncées, et certains chefs du Nord et du Pas-de-Calais pourraient être récompensés. Il se murmure qu’Alexandre Gauthier pourrait décrocher une troisième étoile à La Grenouillère dans le Pas-de-Calais, tandis que La Laiterie et L’Auberge du Vert Mont dans le Nord pourraient retrouver leur étoile. 

"J’ai entendu les mêmes bruits de couloirs que vous", sourit Marie-Laure Fréchet, qui rappelle toutefois que rien ne fuite avant l'annonce officielle. Journaliste culinaire et auteure, elle défend avec ardeur le territoire culinaire des Hauts-de-France en présidant notamment l’association Mange, Lille ! "Notre région est à la traine depuis les années 90, nous avons perdu beaucoup d’étoiles à cette époque-là. À un moment c’était justifié parce qu’on n’avait pas autant de talents que ça, mais aujourd’hui on ne démérite pas". En attendant l’annonce, voici pourquoi nous croyons à la bonne étoile de ces trois restaurants.

La Grenouillère à La Madeleine-sous-Montreuil, consécration pour Alexandre Gauthier ?

C’est un lieu devenu son fief. La Grenouillère, à la Madeleine-sous-Montreuil, arbore fièrement ses deux macarons.

Alexandre Gauthier a repris le flambeau de ce restaurant familial en 2003, devenu aujourd’hui institution. Là-bas, la cuisine y est radicale, durable et innovante. Selon les bruits de couloir, il se murmure que le chef pourrait décrocher une troisième étoile.

"Ce serait justement mérité", abonde Marie-Laure Fréchet. Elle s’explique. "C’est déjà tout un parcours que cette 3ème étoile récompenserait. Un parcours qui s’étale sur deux générations, car Alexandre s’inscrit dans la lignée de son père. Et puis avant même une cuisine, La Grenouillère c’est d’abord un lieu. C’est une expérience globale qui se joue dans l’assiette mais aussi dans l’accueil, et c’est ce qui distingue selon moi un restaurant un 3 étoiles". 

Cette récompense serait également synonyme de fierté pour le Nord Pas-de-Calais, où aucun restaurant n’a récolté trois étoiles au guide Michelin depuis… 96 ans.

La Laiterie à Lambersart, ascension express du jeune chef Edouard Chouteau ? 

Après la perte de l’étoile début 2018, la succession de plusieurs chefs en peu de temps et un passage en eaux très troubles, la table réputée de Lambersart a retrouvé son aura d’antan. Grâce à son nouveau chef, un jeune Breton d’à peine 30 ans. Edouard Chouteau, élevé au milieu des fourneaux de ses parents restaurateurs, a acquis une grande expérience des établissements étoilés au fil des années.  

Arrivé dans le Nord en 2020 pour prendre les rênes de La Laiterie, il a été distingué "Grand talent de demain" dès l’année suivante par le prestigieux guide Gault et Millau. Une récompense de sa cuisine, à mi-chemin entre classicisme et modernité. A la carte, le risotto de courge glacée rivalise avec le merlu en carbonade flamande. "Edouard a réussi à redoper la Laiterie et lui a redonné ses vraies lettres de noblesse", nous déclarait alors Pascal Boulanger, propriétaire du lieu, à la fin de l’année 2021. L’objectif alors affiché, récupérer l’étoile perdue d'ici deux ans.

2022 sera-t-elle synonyme de consécration ? "Cette maison a toujours rayonné depuis Benoît Bernard avec une cuisine élégante qui s’inscrit dans un certain "classicisme" en mettant en valeur les produits de notre région, explique Marie-Laure Fréchet. Et Edouard s’inscrit dans la lignée de cette belle maison à qui il ne manque plus qu’une étoile à accrocher de nouveau à son palmarès". Contacté, le chef ne se dit pas très optimiste pour cette année. "On est forcément tous curieux et on attend de voir, mais j’avoue ne pas avoir un bon pressentiment", nous a-t-il confié. Affaire à suivre.  

Le Vert Mont à Boeschèpe, retour d’étoile pour Florent Ladeyn ?

Souvenez-vous, c’était en janvier 2020. Dans un message posté sur les réseaux sociaux, Florent Ladeyn annonçait avoir perdu son étoile, acquise 6 ans plus tôt dans son restaurant des Flandres, l’Auberge du Vert Mont. "Le guide Michelin a décidé de nous retirer notre macaron", écrivait-il alors. Selon le chef nordiste, révélé au grand public en 2013 par l’émission Top Chef sur M6, pas de tristesse mais une déception pour son équipe. 

Il rappelait alors que les retours des clients étaient très "élogieux et touchants" et que le guide Michelin était un client comme les autres. "Nous avons donc déçu une personne par rapport à ses critères de notation et je le regrette", concluait-il. Mais le cru 2022 pourrait rendre ses lettres de noblesse à cette table devenue incontournable dans les Flandres. 

"Florent, c’est toute la démarche d’un homme, résume la journaliste culinaire Marie Laure Fréchet. Je retiendrai sa cuisine mais aussi son engagement pour faire émerger un territoire. Avant son arrivée, les Flandres n’avaient pas d’existence gastronomique et étaient complètement méconnus du grand public. Il est aujourd’hui une véritable locomotive pour toute notre région". Le retour d’une étoile serait ainsi une manière de féliciter le travail de ce chef et de toute son équipe, engagés dans une démarche écologique et responsable.  

À noter qu’en 2021, neuf restaurants du Nord et du Pas-de-Calais arboraient une étoile au Guide Michelin :

Nature, à Armentières (59) / Haut Bonheur de la Table, à Cassel (59) / Le Cerisier, à Lille (59) / La Table, à Lille (59) / Rozo, à Lille (59) / Val d'Auge, à Bondues (59) / Le Marcq, à Marcq-en-Baroeul (59) / Le Pavillon, au Touquet-Paris-Plage (62) / La Liégeoise, à Wimereux (62)

Ils étaient deux à en détenir deux :

Le Meurin, à Busnes (62) et La Grenouillère, à La Madelaine-sous-Montreuil (62)