• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Plus rapides, plus fréquents, plus confortables, les nouveaux bus Tadao (enfin) mis en service dans le bassin minier

Un nouveau service pour les usagers du bassin minier. / © France 3 Nord Pas-de-Calais
Un nouveau service pour les usagers du bassin minier. / © France 3 Nord Pas-de-Calais

Ce devait être initialement une ligne de tramway. Finalement, ce sont sept lignes de bus à haut niveau de service qui vont voir le jour dans le bassin minier, dont trois sont entrées en circulation ce lundi. Coût de l'équipement : 405 millions d'euros.

Par YF avec Anaïs Hanquet

Alexandre Krysyk habite à Lens mais travaille à Hénin-Beaumont, un trajet qu'il effectue normalement en train. Mais aujourd'hui il a voulu tester les nouvelles lignes de bus. "Je vais chronométrer entre ici et Hénin-Beaumont pour voir si c'est vraiment plus rapide que par le train ou l'ancienne ligne", nous annonce-t-il.

Avant, il fallait attendre 15 minutes entre chaque passage. Désormais ce temps a été reduit de moitié. Verdict d'Alexandre ? "Je gagne cinq minutes sur mon trajet. Et je faisais un trajet à pied de la gare à mon travail. Là, le BHNS (bus à haut niveau de service NDR) me dépose directement à mon travail"  
 
Les nouveaux bus Tadao mis service dans le bassin minier
Reportage d'Anaïs Hanquet et Jean-Pascal Crinon.


Alexandre n'est pas le seul a vouloir tester ces nouveaux bus noirs, plus larges et plus grands. Il y a même des prises USB pour recharger son téléphone portable. "Il y a de l'espace, beaucoup de places, du confort, c'est mieux", se félicite un autre passager.

Au-delà du design, ces bus sont désormais prioritaires sur les routes. Ils peuvent par exemple passer en plein milieu de certains rond point, sans avoir à s'arrêter. "Ce sont les feux qui régulent", nous explique le chauffeur.
 

"Un projet global qui a été pensé"


Mais pour arriver à ce résultat, deux ans de travaux extrêment lourds ont été necessaires. "Bon nombre de centre-villes ont été revus complètement avec l'arrivée de ces lignes de bus à haut niveau de service", rappelle Benoît Descamps, responsable communication du Syndicat Mixte des Transports Artois-Gohelle. "Et des travaux ont été faits de façade à façade, où au-delà du simple couloir bus, on a repris la voie voitures, la voie piétons, la voie vélos quand c'était possible, les trottoirs, l'éclairage public... c'est bien un projet global qui a été pensé"

Prochain rendez vous en juin prochain, avec le lancement de six bus à hydrogène. Une premiere en France.
 

Sur le même sujet

Périnne Diot, interprète Français - langue des signes française

Les + Lus