Cet article date de plus de 3 ans

Saint-Omer : la cathédrale lève le voile sur son horloge, trésor dissimulé depuis le XIXe siècle

L'horloge de la cathédrale de Saint-Omer, dissimulée depuis 1850, sera de nouveau visible du grand public d'ici quinze jours, après des travaux de restauration. Exceptionnellement, nous avons eu accès à ce trésor qui fonctionne depuis cinq siècles sans qu'aucune pièce n'ait été changée.
Visiter la cathédrale de Saint-Omer demande de l'imagination. Depuis le début de la restauration du transept-nord, il y a deux ans, un de ses trésors est caché sous une immense bâche : l'horloge astronomique du XVIème siècle. Elle dissimule une grande partie de son ingéniosité depuis 1850.

"A cette date là, il a été décidé de la monter à 7 mètres de hauteur. Pourquoi ? Personne n'en sait rien. On voyait le cadran, l'heure, mais pas jour, ni le mois, les signes du zodiaque ou encore les constellations", détaille Bernard Delrue, vice-président de l'association des Amis de la Cathédrale.
 
La cathédrale de Saint-Omer lève le voile sur son horloge, trésor dissimulé depuis le XIXe siècle
>> Loïc Beunaiche et Manon Le Charpentier

Exceptionnellement, nous avons eu accès à cette instrument spatiotemporel qui a traversé les siècles. "Les constellations sont représentées sur le cadran et quand l'une d'entre elles est dans la partie noire de l'horloge, ça veut dire qu'elle n'est pas visible de Saint-Omer. Et quand elle est dans la partie blanche, c'est qu'elle est visible", poursuit Bernard Delrue.

 

Un instrument essentiel aux chanoines


Comme tout cadran astrolabique, c'est à dire un instrument qui fournit une représentation du ciel, il permet aussi de donner les horaires du soleil. "Ca servait à régler les offices des chanoines, puisque le premier office commençait au lever du soleil et le dernier, au coucher. Ils avaient besoin de ce genre d'informations", indique le vice-président des Amis de la Cathédrale.

Une mine d'informations qui repose en coulisses sur un cerveau unique en Europe, composé de seulement sur 25 pièces. Miraculeusement, près de cinq siècles plus tard, il est toujours en mouvement.
 
"Pourquoi cela fonctionne toujours ? C'est parce qu'il y a encore un système de fonctionnement de cage d'écureuil qui engraine sur des dents, et c'est un système qui accepte l'usure. On n'a pas eu besoin de changer les pièces depuis que l'horloge existe", assure Bernard Delrue.

La rumeur veut qu'elle prédise aussi l'avenir, l'horloge a donc fait bonne fortune. Débâchée dans une quinzaine de jours, elle sera de nouveau visible du grand public… du moins en partie.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cathédrales culture patrimoine