A Bours, le Kes West ne fera plus danser le Ternois

Après trente-trois ans à faire danser les Ternésiens, le Kes West, le plus grand complexe de nuit au nord de Paris ferme ses portes. Une dernière soirée a été organisée ce samedi 14 décembre pour partager, le temps d'une nuit, nostalgie et bons souvenirs. 

Dernière soirée avant la fermeture de la discothèque le Kes West de Bours.
Dernière soirée avant la fermeture de la discothèque le Kes West de Bours. © France 3 Nord Pas-de-Calais
Le Kes West a marqué l'esprit des Ternésiens mais aussi leurs coeurs. De nombreux couples s'y sont rencontrés comme Nadine et Lucien, venus avec leurs enfants. "C'est ici qu'on a fait connaissance, c'est pour ça que pour la dernière fois, on est venu au Kes !", raconte Nadine le sourire aux lèvres. Pour leur fille, c'est un sacré retour en arrière : "Je les imagine il y a plus de trente ans ici". 
 
C'est la fin pour le complexe de nuit le Kes West à Bours ©France 3 Nord Pas-de-Calais

Le Kes West, c'est une histoire de famille. L'établissement a ouvert en 1986 et déjà les grands-parents de Jérémy Leroy, actuel propriétaire, animaient les soirées ternésiennes. "On était déjà dans l'animation des ducasses aux alentours, naturellement est venue l'idée d'y monter une discothèque au milieu de nulle part". 

Le Kes West a connu ses heures de gloire dans les années 1990 avec des soirées où se retrouvaient 3 000 personnes dans huit salles différentes. Les habitudes des clients ont changé, le modèle économique ne tient plus, alors il ne restait plus qu'une solution à Jérémy Leroy, fermer la boutique. La fréquentation a fortement diminué ces dernières années, passant de 2000 à 3000 personnes en moyenne par soirée organisée, à 700-800 aujourd'hui.
 
Au moment de la dernière soirée organisée par la discothèque, les Ternésiens étaient au rendez-vous. Et bien souvent, la nostalgie aussi. "C'est un gros pincement au coeur", reconnaît une cliente. "C'est toute ma jeunesse. Je viens ici depuis quatorze ans, donc oui, ça va me faire très mal", ajoute son amie. Un internaute partage cet état d'âme sur Twitter. 
 
"C'est une belle fin et une belle histoire familiale", reconnaît ému le propriétaire du Kes West. Le complexe continuera d'accueillir des spectacles et des soirées privées mais c'est la fin de la boîte de nuit années 1990. 
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter