Vendin-le-Vieil : un détenu cuisine un “space cake” avec une amie venue lui rendre visite en prison

© Joy / Flickr
© Joy / Flickr

Il a été condamné à deux mois de prison pour détention et recel de stupéfiants, allongeant sa peine déjà longue de 20 ans.

Par Quentin Vasseur

C'est le malaise qui les a trahis. Un homme qui a cuisiné un "space cake" (gâteau au cannabis) avec une amie venue lui rendre visite, a été condamné le 23 avril à deux mois de prison supplémentaires pour détention et recel de stupéfiants, selon une information de La Voix du Nord confirmée auprès de son avocate.

 

Une visite avec un enfant

Les faits se sont produits en février 2016. À l'époque, l'accusé âgé de 29 ans purgeait une peine de 20 ans de prison au centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais). "Une amie de longue date est venue lui rendre visite avec un enfant en bas âge" raconte Me Charlotte Pidoux

Bien qu'ils n'entretiennent pas (selon leurs dires) de relations amoureuses, le détenu a alors accès à un parloir de type "UVF" (Unité de vie familiale), qui s'apparente à un petit studio avec chambre, cuisine ou terrasse, généralement réservé aux visites des proches. "Mon client a eu la charmante idée de faire de la pâtisserie" ironise l'avocate.

 

Malaise

Ils décident alors de concocter un "space cake" avec du cannabis, "avec le consentement de la dame". Sauf qu'au moment où ils en mangent, la femme en visite est prise d'un malaise – elle a indiqué ne pas avoir l'habitude d'en manger – et après avoir alerté les surveillants, elle est emmenée au centre hospitalier de Lens.

Le procès ne s'est tenu que trois ans plus tard, et l'accusé a comparu en visio-conférence depuis le centre de détention de Muret (Haute-Garonne), où il a été transféré.

Il n'a pas été possible de retracer la provenance du cannabis qui a servi d'ingrédient. Selon lui, "c'était elle qui l'aurait introduit à la prison" indique Me Pidoux, qui précise tout de même dans cette prison parmi les plus sécurisées de France, "ce n'est pas le premier détenu à être jugé pour détention de stupéfiants à Vendin-le-Vieil. Il y en a à tire-larigot !"
 

Sur le même sujet

Les + Lus