“67, année cathodique” : l'émouvant poème d'un journaliste pour les 50 ans de France 3 Picardie

Jean-Paul Delance, journaliste à France 3 Picardie depuis 40 ans, partage avec nous ses souvenirs. / © France 3 Picardie
Jean-Paul Delance, journaliste à France 3 Picardie depuis 40 ans, partage avec nous ses souvenirs. / © France 3 Picardie

Jean-Paul Delance, journaliste à la rédaction de France 3 Picardie depuis 40 ans, a écrit un poème pour rendre hommage à la station qui l'a vu grandir professionnellement. 

Par France 3 Picardie

Des journalistes obtus n'ont vu cette année-là
Que la mort d'un certain Ernesto Guevara
D'autres ne voulurent entendre que des Bretons la grogne
Englués qu'ils étaient par le Torrey Canyon

Comme il est fort dommage que peu ne firent l'écho
De la belle aventure qui allait porter haut
Les couleurs d'une Province trop souvent méprisée
Malgré que pour la France, Elle sut se sacrifier.

Cet événement majeur nous réunit ici
C'est l'acte de naissance de France 3 Picardie

 / © France 3 Picardie
/ © France 3 Picardie

Je n'avais que dix ans quand pour la première fois
Je vis dans la lucarne, Amiens et son beffroi
Comment décrire au juste le grand bouleversement
Causé par ces images, alors en noir et blanc

Enfin avec délice, on découvrait nos villes
Enfin la Picardie s'affranchissait de Lille
L'Office de la Radio Télévision Française
Remplissait sa mission, et j'en étais fort aise

© France 3 Picardie
© France 3 Picardie

Longtemps j'avais douté et avais peine à croire
Que ce petit écran vanterait nos terroirs
Ignorés bien souvent par des choix arbitraires
Ils voyaient pour de bon, l'occasion d'être fiers
Vexin, Santerre, Thièrache, Vermandois ou Vimeu
Tous pouvaient entrevoir un avenir radieux

La télé sillonnant ces contrées agricoles
Allait rendre avant tout, aux Picards, la parole
La parole... et l'accent, car je rappelle ici
Que c'est bien du Picard que s'est formé le Ch'ti

Après ce préambule sorti tout droit du Coeur
J'aimerais rappeler à présent à cette heure
Combien pour Moi, enfant, impatient chaque soir
La télé de ces temps nourrissait mon savoir
D'ailleurs, souvenez-vous, qu'il fallait installer
Sur nos toits un râteau, pour mieux nous cultiver

J'habitais à l'époque tout près de la station
Souvent je l'observais avec grande émotion
M'imaginant qu'un jour, j'en franchirais les portes
Espérant que ce souhait ne reste lettre morte

© France 3 Picardie
© France 3 Picardie

Avec application j'entrepris des études
Prouvant que pour l'image, j'avais quelque aptitude
Alors tout s'enchaîna, je connus le vertige
D'être enfin convoqué pour une première pige
L'essai fut concluant et quarante ans plus tard
Vous m'avez désigné comme étant votre phare
Bien, mais dans ce métier, sans vouloir être sombre
Il y a peu de distance, de la Lumière à l'Ombre
Ce titre est trop sérieux, c'est pourquoi chaque jour
J'aime à l'agrémenter par quelques traits d'humour

Mais je reviens aux faits qui nous rassemblent ici
J'ai tant de souvenirs ! Ô ! combien je chéris
Toutes ces années passées, et pour être sincère
J'aime du fond du Coeur notre Quinquagénaire
Usée? Elle ne l'est point, encore moins moribonde
Après un demi-siècle, la Picarde est gironde
Pour sûr, ému je suis mais ne veux pas pleurer
Car notre Histoire d'Amour, bientôt va s'arrêter
Ces vers, je lui dédie, ultime épithalame
En retour du Bonheur d'avoir comblé mon Âme

- Jean-Paul Delance, le 29 octobre 2017



A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus