• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Que retenir de l'action de René Dosière dans sa circonscription ?

Le député René Dosière lors d'une séance de questions au gouvernement en janvier 2015 / © Francois Lafite/Wostok Press/Maxppp France
Le député René Dosière lors d'une séance de questions au gouvernement en janvier 2015 / © Francois Lafite/Wostok Press/Maxppp France

René Dosière, homme de proximité ? Alors qu'il s'apprête à quitter l’Assemblée, que reste-t-il de son action sur sa circonscription de l'Aisne? 

Par Célia Mascre

Quelques poupées russes, une figurine marsupilami... Un grain de fantaisie sur le bureau d'un homme très strict. Surnommé le "Monsieur propre" de l'Assemblée nationale, René Dosière scrute depuis 25 ans les dépenses publiques et se veut le défenseur d'une moralisation de la vie politique.

En début d'année, René Dosière a conclu son cinquième et dernier mandat. À 74 ans, il a renoncé à se présenter aux législatives de juin prochain. Il parle d'une "décision difficile" et "d'histoire d’amour [..] avec les habitants de la circonscription".


"Il n'est pas forcément apprécié, mais respecté. Et son travail était reconnu"

Mais ce spécialiste des deniers publics est aussi député de la première circonscription de l'Aisne, d'où il est originaire. Cet élu de proximité a toujours tenu une certaine distance avec ses intelocuteurs. "Il a pu avoir une certaine difficulté à s'adapter au public qu'il avait devant lui et donc à être mal perçu", confirme Alain Reuter, ancien suppléant du député. "Il n'est pas forcément apprécié, mais respecté. Et son travail était reconnu", poursuit Alain Reuter.

Que retenir de l'action de René Dosiere dans sa circonscription?
Un reportage d'Eric Henry, Floriane Olivier et Pierre-Olivier Pappini ; avec Vincent Paquet, assistant de René Dosière ; Alain Reuter, ancien suppléant PS de René Dosière ; Antoine Lefevre, sénateur-maire LR de Laon ;

Apprécié, pas apprécié... C'est affaire de subjectivité. Mais le plus important est : que reste-t-il de son action sur sa circonscription de l'Aisne ? Eh bien pas grand chose, selon Antoine Lefevre, sénateur-maire (LR) de Laon : "Il a été totalement absent des principaux dossiers pendant de nombreuses années. Notamment en ce qui concerne l'hôpital, la prison, le nouveau commissariat de police...", affirme le député de droite.

Intransigeant envers les dépenses publiques

Si son engagement local est très controversé, son travail de législateur, lui, ne fait aucun doute. La transparence des finances publiques, René Dosière en a fait son cheval de bataille. Il doit notamment sa renommée à son ouvrage L'argent de l'État, résultat d'une très longue enquête sur les comptes régaliens.

Fiscaliser les indemnités des élus, clarifier le statut du conjoint du chef de l'État, lutte contre l'opacité... Autant de propositions portées par celui que l'on surnomme le "Monsieur propre" de l'Assemblée nationale.

Un livre et une mesure choc avant la retraite

Ce dernier est inflexible en ce qui concerne les dépenses des élus. Dans son dernier ouvrage, René Dosière plaide pour une limitation du nombre de professionnels de la politique.

Sa toute dernière mesure, une proposition de loi sur la transparence comptable des partis. À partir de 2018, les politiques et leurs partis devront rendre publics les emprunts et crédits bancaires destinés au financement de leur campagne. 


Après avoir annoncé qu'il ne voterait pas Benoît Hamon, le député Rocardien a officialisé sa volonté de parrainer Emmanuel Macron dans les jours qui viennent. 

Même s'il n'est plus encarté au PS, il reste dans le giron de la gauche à laquelle il veut rester fidèle. Et s'il ne se rerpésente pas à la députation, René Dosière ne confirme pas qu'il arrête définitivement la politique : il va s'intéresser à la Nouvelle Calédonie et regarde vers les municipales de 2020 à Laon. 

Sur le même sujet

Qui sont les Merta ?

Les + Lus