Venette (60): Sofiprotéol se lance dans la production d'un diesel à partir de graisses animales

Publié le Mis à jour le
Écrit par Halima Najibi

De la graisse animale dans le moteur voilà une idée qui a déjà fait son chemin chez nos voisins européens. Plusieurs usines d'estérification de graisses animales se sont multipliées en Europe. En Picardie c'est une première.

Chez Sofiprotéol, la fabrication de carburant à partir des déchets de viande non comestibles récupérées dans les abattoirs et d'huiles usagées va remplacer la transformation de colza. D'ici 2015, le site Compiègnois de Sofiprétéol mettra sur le marché ce nouveau carburant. Ce nouveau projet est probablement en lien avec la décision de la France de limiter à 7% la part des biodiesels élaborés à partir d'huiles végétales dans les transports.Sofiprotéol n'a pas la primeur de cette transformation d'autres sites en France à Dunkerque et au Havre se sont lancés dans l'aventure. La production, qui démarrera à Venette dans l'Oise devrait atteindre environ 80.000 tonnes.

La société qui sera mise en place, baptisée AD Biodiesel, réunit le géant français des huiles (60%) et le belge Electrawinds (20%), spécialiste des énergies renouvelables qui a mis au point une technologie de raffinage et de prétraitement des graisses très impures utilisées dans le processus.

Les graisses viendront de l'équarisseur Akiolis et du négociant en graisses animales Mindest, qui détiendront chacun 10% de la société. L'investissement s'élève à 8 millions d'euros.

La filière permettra à terme de fournir au total environ 140.000 tonnes de gazole par an en France, soit environ «0,35%» du marché du diesel français.

Ce diesel de deuxième génération est généralement incorporé au diesel classique, pour produire un diesel mixte qui respect toutes les normes et qui est utilisé dans les véhicules actuels.