• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Soissons, zone sensible, n'a plus de brigade anti-criminalité

Image d'illustration / © Maxppp
Image d'illustration / © Maxppp

Lors d'une visite à Creil la semaine dernière, Bernard Cazeneuve avait vanté les moyens promis à la police et notamment aux BAC, les brigades anti-criminalité. Ces équipes opérant en civil sont le "bras armé" des commissariats. Sauf qu'à Soissons, la BAC n'existe plus depuis un an...

Par France 3 Picardie

Nouveaux équipements des BAC, moyens supplémentaires pour la police... Les récentes annonces du ministre de l'Intérieur laissent songeurs à Soissons. Car dans cette ville, depuis 2015, la brigade anti-criminalité n'existe même plus... mise en sommeil faute d'effectifs.

Pour Cyrille Joly, représentant départemental adjoint "Unité-SGP-Police-FO" de l'Aisne, c'est un manque important pour la sécurité : "Une BAC, ça fait une voire deux patrouilles supplémentaires qui sont en appui sur les collègues qui sont en tenue et qui viennent intervenir aussitôt si jamais une intervention tourne mal".


La situation est d'autant plus regrettée que Soissons est classée zone sensible pour la police. 

Hier devant à l'occasion de la mise à l'honneur de policiers, le préfet de l'Aisne a annoncé l'arrivée d'une trentaine de fonctionnaires supplémentaires au début de l'année prochaine. Mais il n'a pas souhaité répondre à nos questions car ces décisions ne seraient pas encore validées par Paris.

Une annonce bienvenue, même s'il semble peu problable que ces effectifs permettent de recréer la brigade anticriminalité de Soissons.

Sur le même sujet

Le boum de la culture du lin dans l'Oise

Les + Lus