• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Alain Gest et Brigitte Fouré demandent à François Fillon de se retirer de la campagne présidentielle

© PHILIPPE HUGUEN / AFP
MaxPPP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP MaxPPP

Jeudi, c'était la maire d'Amiens qui demandait, dans une tribune publiée sur L'Opinion, qu'il retire sa candidature. Et ce vendredi, Alain Gest, président d'Amiens Métropole et qui vient d'abandonner son mandat de député de la Somme, a annoncé qu'il ne sera pas au Trocadéro pour soutenir Fillon.

Par Cécilia Sanchez

"Nous, élus de droite et du centre, demandons solennellement à François Fillon de se retirer", écrivent une quinzaine de maires et d'élus et Brigitte Fouré, maire d'Amiens, dans une tribune. Pour contrer "une prolongation des années Hollande" ou "l'élection de Marine Le Pen", ils demandent à François Fillon d'abandonner la course à la présidentielle. "Les conditions ne paraissent plus réunies pour que notre candidat" remporte l'élection.


Pour ces élus, "un pacte moral a été rompu" dans une situation "de confusion et de désordre". Ils lui demandent de "prendre ses responsabilités et de tenir sa parole face aux Français en retirant sa candidature en cas de mise en examen". Et dans la foulée, ce vendredi, c'est Alain Gest qui abandonne Fillon. Il avait réuni ses militants pour annoncer choisir son mandat de président d'Amiens Métropole, plutôt que celui de député de la Somme.

"On risque la perte les élections et l'explosion de notre parti"

Il a indiqué à François Fillon "il y a 15 jours" "qu'il serait très difficile de poursuivre." Mais le candidat "ne nous a pas entendu". "La moindre des choses, c'est de réunir les instances politiques et nous pouvons le faire dans la semaine qui vient pour choisir éventuellement un autre candidat". Mais François Fillon "n'a pas l'air d'avoir compris que les Français n'ont pas entendu sa défense".

Alain Gest ne sera pas présent, dimanche, au rassemblement de soutien à François Fillon, organisé par le très conservateur collectif "Sens commun", au Trocadéro, à Paris. "Cet évènement est mal choisi. Nous ferions mieux de mettre nos efforts à réfléchir pour sortir de la passe très difficile dans laquelle nous sommes tombés", a-t-il indiqué à notre micro. "On risque de perdre l'élection présidentielle, les élections législatives et l'explosion de notre parti. Ca doit faire réfléchir", a-t-il conclu.


Sur le même sujet

Le filmeur à la chasse

Les + Lus