Cet article date de plus de 7 ans

Les coiffeurs amiénois se mobilisent contre le sida

A l'occasion de la journée mondiale contre le sida le 1er décembre, les professionnels de la coiffure vont sensibiliser leurs clients à la lutte contre cette pandémie. Le samedi 30 novembre ils vont être des acteurs actifs en dialoguant sur le sida pendant toute la journée. 
© L'Oréal Fondation
A Amiens et dans la Somme, nombreux sont les coiffeurs qui s'engagent dans cette action.  Depuis 2007, plus de 15 000 coiffeurs de France se sont mobilisés pour éduquer et parler de cette maladie. Pour cette journée de sensibilisation, ils disposent d'un kit porteur de messages de prévention, composé de tee-shirts, de brochures, posters. Une opération créée conjointement par la Fondation de l'entreprise l'Oréal et l'Unesco   

Emmanuelle Picart est installée à Amiens depuis une vingtaine d'années. C'est la première fois qu'elle participe à l'opération "coiffeurs contre le sida". Elle s'est inscrite sur internet. Demain dans son salon rue Saint-Maurice, Emmanuelle mettra une grande affiche sur la porte d'entrée et tout le monde portera des tee-shirts. "Je me rend compte que beaucoup de personnes aujourd'hui prennent le sida à la légère. Les gens oublient que la maladie existe. Dans leur esprit elle s'est banalisée."

Une inconscience qui avoue-t-elle est grave, "d'ailleurs, des clients me disent qu'ils sont allés faire plusieurs fois le test parce qu'ils ne prennent pas leurs précautions et jouent à la roulette russe. Comme aujourd'hui il y a un traitement ils pensent que le danger est écarté". 

Une information gratuite  :

Les coiffeurs sont en contact avec un grand nombre d'hommes et de femmes, "on discute beaucoup dans un salon, on a les moyens de se protéger autant le faire", une information qu'Emmanuelle Picart va transmettre demain dans son salon de coiffure. "Il faut sensibiliser les jeunes, ils pensent que le sida ce n'est pas pour eux".

Emmanuelle n'a pas attendu cette opération pour aborder le sujet avec ses clients. "Les relations privilégiées que nous entretenons avec nos eux, nous permettent d’être des interlocuteurs de choix pour relayer les messages de prévention au quotidien. Je travaille avec des personnes qui ont le cancer, je pose des prothèses capillaires, malheureusement il n'y a pas de moyens pour éviter de contracter ce mal du siècle. Ce n'est pas le cas pour le sida. Alors c'est bête d'être contaminé par le VIH parce que l'on ne s'est pas protégé."

Samedi 30 novembre une trentaine de salons sur la Somme. et une centaine sur l'ensemble de la Picardie participeront à l'opération. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sida