"Depuis que je travaille à la gare, il me menace de mort, m'insulte" témoigne le vigile de la gare d'Amiens, jugé pour avoir frappé ce marginal lundi

Il a frappé un marginal en gare d'Amiens, lundi, et cette scène a été filmée puis diffusée sur les réseaux sociaux. Le vigile, interpellé puis placé en garde à vue mercredi, paraissait en comparution immédiate au tribunal correctionnel d'Amiens ce jour, il a exprimé de nombreux regrets.

La vidéo, virale, l'a mené jusqu'au tribunal correctionnel. Le vigile mis en cause dans l'agression d'un marginal à la gare d'Amiens lundi était attendu, aujourd'hui à 14h30, en comparution immédiate au tribunal d'Amiens. 

Le marginal agressé n'était pas présent à l'audience et le vigile a exprimé "beaucoup de regrets" envers la victime qu'il a frappée. Le prévenu précise surtout les circonstances de son accès de colère. "Je lui ai demandé de sortir (...), il m'a fait des menaces. (...) Depuis que je travaille à la gare (un an et demi, ndlr), je suis abordé avec des insultes, menaces de mort (par cette personne, ndlr)." Bien connu des services de police, 342 mains courantes ont été déposées contre l'homme depuis 2002. 

Cela n'excuse rien, précise l'avocate du prévenu, maître Hounia Zanovello. Mais il raconte combien il était excédé par le comportement du marginal : "C'était un ras-le-bol. (...) Tous ceux qui travaillent à la gare, mes collègues, ils comprennent".

Le tribunal, après avoir écouté les expertises psychologiques du prévenu et entendu les avocats des 2 parties, a accordé un renvoi de l'affaire au 3 juin prochain. "J'ai demandé au parquet de ne pas être le tribunal du buzz", explique maître Hounia Zanovello. Son client n'avait "rien à faire en comparution immédiate (...) où on présente des délinquants. Il n'a pas de casier judiciaire. (...) Et il n'a pas sa place en détention."

durée de la vidéo: 01 min 45
Amiens : comparution immédiate du vigile


En attendant le jugement du 3 juin, le vigile ressort donc libre. Dans l'attente de son jugement, il a l'interdiction de fréquenter la gare et d'exercer le métier d'agent de sécurité. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers