Un endroit pour se reconstruire à Abbeville

© Aprémis
© Aprémis

L'association Aprémis lutte contre l'exclusion sociale et accompagne les personnes en situation de mal-logement. Depuis le mois de mai son antenne abbevilloise accueille des résidents au sein d'une pension de famille. Elle souhaite aller plus loin avec l'aménagement d'une maison d'hôte. 

Par Halima Najibi

Le mal-logement est un fléau en France, selon le rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre quatre millions de personnes sont mal logées. En région des associations oeuvrent au quotidien pour trouver des solutions d'hébergement pour les plus mal lotis.

À Abbeville, rue du Général Maczek au milieu d'un cadre verdoyant, des petites maisons avec leur jardin privatif font partie dorénavant du décor. Des personnes en situation d'exclusion ont posé leurs valises. Un endroit pour se reconstruire et se remettre sur pied. Cette résidence est le fruit d'une association : l'Aprémis. Une pension de famille ouverte à des personnes célibataires ou à des familles aux faibles ressources. 

20 logements, dont 4 dédiés à des jeunes de moins de 30 ans en insertion professionnelle.
© Aprémis
© Aprémis

   

Un toit pour s'en sortir


L'antenne de l'association Aprémis existe depuis 2009 (Accompagnement Prévention Réflexion Médiation pour l’Insertion Sociale). Elle accompagne ceux qui souffrent d'exclusion sociale (des personnes mal-logées ou exclues du logement, des personnes placées sous main de justice ainsi que leur famille et des réfugiés). La pension de famille en Picardie Maritime était très attendue. Dans le département, Amiens offre depuis 2003 avec la pension de famille Hélène Lockert 34 logements pour les personnes exclues du leur. Ces lieux sont des structures de taille humaine, elles offrent également un accompagnement au quotidien. À Abbeville, deux hôtes, des salariés de l'association animent la vie collective des locataires.    


Une maison d'hôte pour retisser du lien social


Avoir un toit est une chose, mais parodoxalement, il peut aussi créer un sentiment d'isolement, s'il n'y a pas un accompagnement. La maison d'hôtes sera un lieu pour des activités communes (ateliers, réunions, sorties...) Ce lieu va faciliter la vie collective des résidents.  

Nos résidents ont un parcours de vie douloureux, ils étaient en errance et sont en incapacité d'accéder à un logement classique. Notre objectif est de les accueillir, mais aussi de les accompagner. Pour aller plus loin on souhaite aménager une maison d'hôtes, un espace convivial pour permettre la resocialisation de nos locataires. Mais nous avons besoin d'argent pour compléter le financement de cette maison. Nous avons lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme "Les Petites Pierres"  de la Fondation Somfy pour acheter des meubles, une cuisine équipée et du matériel audiovisuel.​

Souligne Sabrina Barbier, la responsable de l'antenne d'Abbeville.

L'objectif de l'association est de récolter la somme de 7942 €, il ne reste que quelques jours pour les aider à boucler leur financement. 


Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus