Patricia Chagnon (FN Abbeville) mise en examen pour diffamation : “On était en campagne !”

Patricia Chagnon devant le Conseil d'Etat, lorsqu'elle était du côté des plaignants. / © France 3
Patricia Chagnon devant le Conseil d'Etat, lorsqu'elle était du côté des plaignants. / © France 3

La guerre judiciaire n'est pas finie entre les anciens candidats à la mairie d'Abbeville. Patricia Chagnon (FN) a été mise en examen pour diffamation, jeudi 28 mai, suite à une plainte déposée par le socialiste Nicolas Dumont. Elle réagit.

Par Mickael Guiho

Qu’on se le dise, la guerre judiciaire n’est pas finie à Abbeville. Les anciens concurrents des municipales de 2014 s’écharpent par recours interposés. Dernière nouvelle en date : la Front National Patricia Chagnon a été mise en examen pour diffamation, jeudi 28 mai, suite à une plainte déposée par le maire PS Nicolas Dumont.

Elle est poursuivie pour des propos tenus dans un tract, une tribune au magazine municipal et un billet de blog. A chaque fois, la candidate du "Rassemblement Bleu Marine" sous-entendait que Nicolas Dumont (PS) avait utilisé les moyens de la mairie pour se faire réélire à Abbeville.

Une accusation qui récemment été balayée par le Conseil d'Etat, dans une autre procédure, lancée par Patricia Chagnon et son homologue UMP Stéphane Decayeux, pour faire annuler (en vain) l'élection du maire d'Abbeville.

Patricia Chagnon relativise


Patricia Chagnon a réagi, mercredi 29 mai. "La mise en examen est quasi systématique dans ce genre d’affaire, je la prend avec sérénité, assure-t-elle. Je n’ai absolument rien à me reprocher."

L’ex-candidate rappelle que son mouvement progresse "à chaque scrutin" à Abbeville et estime que "la présence du Front National dérange". Dans ce contexte, elle juge la plainte de Nicolas Dumont "grotesque mais pas surprenante".

Dans la politique, beaucoup de choses sont dites...


Est-il grotesque d’attaquer une candidate parce que l’on considère qu’elle a dépassé les bornes du bon débat républicain ? La frontiste le pense. "C’est très dommage d’utiliser la justice pour ce genre de chose, confie-t-elle, relativisant les faits. Je pense que quand on est dans la politique, beaucoup de choses sont dites. Si des propos ont été tenus, ils l’ont été dans le cadre d’une campagne politique. On était en campagne !"

Nicolas Dumont lui-même déjà condamné


Selon Nicolas Dumont, il y a bel et bien "un cadre" à ne pas dépasser. En novembre, il déclarait à propos de sa plainte et de Patricia Chagnon : "Quand on veut donner des leçons de morale et de moralité aux uns et aux autres, il faut se les appliquer à soi-même. Le droit est fait pour protéger l’honneur et la dignité des élus."

Au centre, Nicolas Dumont, le maire PS d'Abbeville. / © France 3 Picardie
Au centre, Nicolas Dumont, le maire PS d'Abbeville. / © France 3 Picardie

Hier menacé de perdre son mandat, le maire d’Abbeville est en train de retourner la situation : en appel devant le Conseil d’Etat, il a obtenu la validation de son élection, et voilà que son adversaire FN est maintenant dans le collimateur de la justice.

Toutefois, Nicolas Dumont a lui-même été condamné, mardi 14 avril 2015, par le tribunal correctionnel, pour diffamation à l’égard de l’ex-candidat UMP Stéphane Decayeux. En cause : le tract qu’il avait distribué la veille du scrutin ; le même tract qui a failli lui valoir l’annulation de l’élection. Son avocat a fait appel.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Marie-Lou vient de fêter ses 100 ans et tient toujours son café à Isbergues

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne