Tout savoir sur l'emploi à domicile : journée portes ouvertes au Relais particulier emploi d'Abbeville

© DR
© DR

Le Relais Particulier Emploi de la FEPEM informe toute l'année sur l'emploi à domicile entre particuliers. Le 11 février, à Abbeville se tiendra le premier job dating, les particuliers auront la possibilité de rencontrer les personnes proposant leur candidature dans ce secteur.

Par Halima Najibi

Le jeudi 11 février, l'association abbevilloise Harmonessence en partenariat avec la Fédération des Particuliers Employeurs (FEPEM), organise une  porte ouverte concernant l'emploi d'un salarié à domicile. Lors de cette journée, il sera proposé un job dating. Les particuliers qui le souhaitent pourront rencontrer des personnes candidates dans le cadre de l'emploi à domicile (ménage, jardinage, accompagnement du handicap, garde d'enfants, l'intervention auprès de personnes âgées, le petit bricolage, le repassage, ou encore certains travaux liés aux métiers du bâtiment : pose de carrelage, de fenêtres, peinture, papiers peints...)  

Ce rendez-vous va aussi permettre aux particuliers d'obtenir des réponses à leurs questions sur l'emploi à domicile.  

L'association Harmonessence défend depuis plus de 10 ans l'emploi entre particuliers


C'est la première fois que cette association propose un job dating, depuis 10 ans, elle milite pour l'insertion sociale et professionnelle en apportant des réponses adaptées à chaque situation. Entre 2006 et 2015 elle a permis à 146 personnes de retrouver un emploi et à 200 autres de travailler chez un particulier.   

Le travail de particulier à particulier attire de plus en plus de Français 


Ils étaient 3,6 millions en 2013 à employer un particulier et la moitié à être salariés d'un particulier. Le secteur représente plus de 80% des emplois dans le champ des services à la personne. Mais l'emploi à domicile entre particuliers est sensible aux contraintes économiques et sociales. D'ailleurs la FEPEM a tiré la sonnette d'alarme après avoir constaté un recul historique avec l'équivalent de 16.500 emplois à temps plein détruits entre 2010 et 2012. En cause, la crise économique qui frappe les foyers, mais aussi une partie des avantages dont bénéficiaient les employeurs ont été supprimés. Face à cette situation, le gouvernement a réagi. En décembre dernier, de nouvelles mesures ont été adoptées par les députés pour favoriser l'emploi dans ce secteur. Avec notamment La revalorisation de la déduction forfaitaire de 0.75€ à 2€ par heure déclarée.

 / © FEPEM
/ © FEPEM


Aller encore plus loin pour l'emploi de particulier à particulier


Pour Delphine Demaille, la présidente de l'association abbevilloise Harmonessence, l'emploi direct a du potentiel et toutes les opportunités ne sont pas exploitées. Elle a répondu à nos questions sur ce sujet.

Y a-t-il baisse de l’emploi direct ? Localement, chez vous, comment cela se passe ?
Nous ne constatons aucune baisse significative du nombre d'heures travaillées par les personnes en poste grâce à l'association. Les seules variantes notables que l'on peut constater sont liées à des activités assumées dans le cadre de contrats à durée déterminée ou auprès de personnes qui ont des besoins très ponctuels.

Les modifications fiscales et sociales ont-elles eu un impact sur l’emploi direct ?
Il n'y a pas eu de modifications fiscales récentes.
Les particuliers imposables sur leurs revenus bénéficient d'une réduction (sur le montant à payer de leurs impôts)  égale à 50 % des sommes engagées  (salaire et charges) pour l'emploi de leur salarié et ou bénéficient (sous conditions) d'un crédit d'impôt égal, là aussi à 50 % des sommes engagées.
A noter que le crédit d'impôt ne concerne pas les personnes retraitées.

Les particuliers sont-ils tentés pour garder leur salarié de verser une partie des salaires au noir ?
Nous avons connaissance qu'il existe un travail "mixte" sans nécessairement être en capcaité d'en évaluer l'impact.

Si ce secteur, le seul qui a continué à créer des emplois, est bouleversé par les décisions économiques successives de l’Etat ? Quelles seraient les conséquences ?
L'Etat, mais aussi les partenaires sociaux en charge des négociations de la convention collective doivent garder en tête que les salariés interviennent au domicile de particuliers  et non pas au sein d'une entreprise ; dans le cas contraire, les dispositions adoptées pourraient engendrer des conséquences contraires aux perspectives souhaitées. 

Le dernier geste en faveur du secteur allégeant les charges (voté en décembre dernier) vise à relancer l’emploi, faut-il plus selon vous ?
Assurément, la réduction de 2€ décidée tout récemment devrait avoir un impact positif en matière de création d'emplois nouveaux ou de maintien dans l'emploi de personnes déjà en  poste. Mais, il importerait également d'apporter une simplification des obligations administratives (en référence aux modalités de licenciements, notamment, visite médicale en l'occurrence).

La demande dans ce secteur est-elle importante localement ?
Du fait des difficultés rencontrées au cours de ces 3 dernières années, nous ne sommes pas parvenus à  développer notre projet dans les perspectives que nous savons pouvoir atteindre. Nous avons été contraints de revoir l'organisation globale de la structure et nous sommes en train de mettre en oeuvre une articulation nouvelle qui implique une participation active des personnes en recherche d'emploi.
A partir de cette année, nous allons redéployer une communication élargie des services de l'association ;  situation incontournable pour aider chacun à mieux appréhender et se familiariser avec  le CESU,  à "oser" l'utiliser (plutôt que de recourir aux services d'une personne non déclarée)
Si les demandes ne sont actuellement  pas récurrentes,  les besoins existent assurément. Il est absolument nécessaire de bien communiquer autour des dispositifs et du CESU en l'occurrence.

Combien d’emplois créés dans votre secteur ?
Entre le  1er janvier 2006 et le 31 décembre 2015, par l'intermédiaire de l'association :
  •         146 personnes ont retrouvé un emploi
  •         247 particuliers ont employé un salarié à leur domicile,
  •         plus de 3200 personnes ont obtenu des réponses à leurs interrogations.

Quels sont vos souhaits aujourd’hui pour aller plus loin ?
Pour développer plus en avant notre projet, il est essentiel que nous parvenions à :
  • Faire comprendre la spécificité de notre action ( organisation, travail et résultats sur le long terme mais avec des réponses le plus souvent pérennes, vision globale et non pas "compartimentée"  de la situation des uns et des autres en vue d'apporter des réponses réfléchies au plus près des réalités individuelles...)
  • Obtenir des moyens financiers suffisants pour pérenniser les postes salariés au sein de l'association notamment et trouver des locaux adaptés au fonctionnement de la structure
  • Rendre plus lisible et mieux communiquer autour des services de l'assiociation.

Les chiffres en Picardie de l'emploi direct

Chiffres du secteur de l'emploi à domicile en Picardie / © FEPEM
Chiffres du secteur de l'emploi à domicile en Picardie / © FEPEM

Répartition des emplois à domicile par département en 2013 / © FEPEM
Répartition des emplois à domicile par département en 2013 / © FEPEM

A lire : quelles sont les dépenses ouvrant droit à l’avantage fiscal ? Réduction d’impôt, crédit d’impôt et exonération de charges patronales.



  


Sur le même sujet

Les + Lus