La plateforme interactive Mem’Histo est lancée avec 14 musées des Hauts-de-France

La plateforme interactive Mem'Histo des Hauts-de-France regroupe 14 musées de la région. / © http://www.memhisto.com/
La plateforme interactive Mem'Histo des Hauts-de-France regroupe 14 musées de la région. / © http://www.memhisto.com/

Les musées d'histoire et de mémoire contemporaines des Hauts-de-France ont lancé une plateforme digitale interactive. Le visiteur peut parcourir virtuellement via le réseau Mem'Histo l'ensemble des 14 musées qui contribuent à la transmission de l'histoire et de la mémoire régionale.

Par Halima Najibi

Le réseau Mem'Histo met en ligne sa plateforme digitale interactive afin de promouvoir la richesse et la diversité des musées d'histoire et de mémoire contemporaines des Hauts-de-France. 

Cette nouvelle offre internet permet au public de parcourir virtuellement depuis leur PC, smartphone ou tablette l'ensemble des musées et de découvrir toutes les richesses historiques et mémorielles de la région. Le site est ouvert aux étrangers, notamment aux pays frontaliers qui ont été marqués par les conflits des deux guerres mondiales et dont l'histoire industrielle et ouvrière est proche de la nôtre. Mem'Histo est consultable en quatre langues : français, anglais, allemand et néerlandais.

Mem'Histo, est avant tout un outil commun de promotion, il est né de la volonté de chacun des musées qui partagent les mêmes sujets de développer les  échanges d'expertises, créer  des synergies et mutualisations. "Nous avons par exemple un chapeau commun de présentation avec Mem'Histo", souligne Hervé François, le directeur de l'Historial de Grande Guerre de Péronne et de Thiépval. Avec cette carte le public régional mais aussi international à une vision plus large des possibilités de visite dans les musées régionaux.     

Voici la liste des 14 musées faisant parti du réseau Mem'Histo, ils vont voguer de conserve afin de développer l'offre régionale au public :
  • Carrière Wellington, mémorial de la bataille d'Arras ;
  • Historial de la Grande Guerre (Péronne et Thiépval) ;
  • Musée de la bataille de Fromelles ;
  • Musée franco-américain de Blérancourt ;
  • Musée Somme 1916 (Albert) ;
  • Forteresse de Mimoyecques ;
  • La Coupole (Saint-Omer) ;
  • Mémorial de l'internement et de la déportation (Compiègne) ;
  • Musée de la Résistance (Bondues) ;
  • Musée Dunkerque 1940, opération Dynamo ;
  • Centre historique minier (Lewarde) ;
  • Musée portuaire (Dunkerque).
En moyenne chacun de ces musées accueille des milliers de visiteurs par an. 


L'offre internet permet d'attirer un public qui ne fréquente pas souvent les musées.

Selon une enquête du Credoc de mars 2016, "37 % des Français se sont servis d’Internet en lien avec leur visite patrimoniale, une proportion en progression de +2 points par rapport à 2012. Ce sont notamment les usages pratiques (réservation de billets, recherche d’informations tarifaires et d’horaires) qui connaissent le plus grand succès (33 % +3 points). L’exploration des contenus culturels (téléchargements, visites virtuelles) concerne quant à elle 17 % de la population par ailleurs, 4 % de nos concitoyens ont parlé de leur visite sur un réseau social ou sur un blog. La ventilation des résultats selon l’âge montre que les jeunes se montrent particulièrement actifs en matière d’usages pratiques, tandis que les seniors se servent davantage de la toile pour accéder aux contenus (à travers les visites virtuelles par exemple)".
 

Sur le même sujet

La pêche électrique en question

Les + Lus