• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Rio 2016 – Athlétisme : les secrets des Lillois

Kafétien Gomis et Phara Anacharsis font partie des quatre athlètes qui s'entraînent à Lille à participer aux épreuves d'athlétisme à Rio. / © MaxPPP
Kafétien Gomis et Phara Anacharsis font partie des quatre athlètes qui s'entraînent à Lille à participer aux épreuves d'athlétisme à Rio. / © MaxPPP

Les Jeux olympiques 2016 arrivent à grand pas. À cette occasion, la rédaction web de France 3 Nord Pas-de-Calais vous présente les sportifs qui défendront les couleurs nordistes à Rio. Aujourd’hui gros plan sur le club du Lille métropole athlétisme, qui envoie quatre athlètes français à Rio.

Par Geoffrey Lopes

Club d’athlétisme français le plus représenté à Rio, le Lille métropole envoie trois filles et quatre garçons au village olympique. Kafétien Gomis à la longueur et Phara Anacharsis aux haies accompagnent la perchiste Vanessa Boslak, et le sprinteur relayeur Stuart Dutamby. Les Belges Philip Milanov (lancé de disque) et Mickaël Bultheel (haies) et la Luxembourgeoise Charline Mathias (demi-fond), tous trois licenciés au LMA, se joignent même au quatuor français.

Kafétien Gomis : Papy fait de la résistance

Bondissant et explosif, Kafétien Gomis goûte de nouveau aux Jeux olympiques. A 36 ans, le plus âgé des sportifs nordistes à Rio n’a jamais été aussi fort. Son bond mesuré à 8,23 mètres aux championnats de France en salle en atteste. Lui a attribué non seulement le titre mais surtout la qualification olympique. « C’est beaucoup d’émotion », raconte-t-il au Courrier Picard. Préparé en altitude à Tignes, l’athlète se sent prêt : « j’ai fait beaucoup de muscu et j’ai préservé mon genou droit douloureux », confiait-il à l’Aisne nouvelle.
© MaxPPP
© MaxPPP

Ne pas faire de figuration

Lors des jeux d’Athènes en 2004, Kafétien s’est laissé impressionner par le contexte. Il détaille dans l’Union« Je regardais partout. Dès que quelque chose brillait, j’allais voir (rire). Je me suis éparpillé et pas suffisamment concentré sur mon événement ». Douze ans plus tard, il se déplace à Rio avec un état d’esprit mature et déterminé : « ce ne sera pas la même histoire. Avec le vécu sportif, les médailles acquises et l’expérience, je serai focalisé sur mon objectif : m’inviter à la finale pour avoir la chance de lâcher les chevaux et espérer une médaille. »

L’homme du dernier essai

Ralenti par des blessures récurrentes, le Lillois se distingue surtout par sa capacité à attendre le sixième essai pour faire la différence. Au pied du mur, il se transcende et appuie davantage sur la planche pour se donner de l’impulsion. « C’est l’homme du sixième essai, sans aucun doute », décrypte Yves N’Kada, son premier entraîneur au Lille métropole dans l’Union. « Il a obtenu son premier podium en salle, puis son premier titre en salle de la même manière en répondant à Sdiri qui venait de faire huit mètres (Gomis fera 8,09 m). Il est hors norme, c’est un combattant comme je n’en ai jamais vu. »

Les dates clés

23 mars 1980 : naissance à Saint-Quentin
2007 : champion de France en salle de la longueur
2010 : Vice champion d’Europe à Barcelone avec un saut à 8,24m
2016 : record personnel avec un saut à 8,26 mètres en plein air


Phara Anacharsis : « je travaille pour remplir mon frigo »

La triple championne de France commence l’athlétisme à ses 15 ans, pour échapper à l’ennui du quotidien. « Le stress du départ et la sensation de la gagne me font vibrer », explique-t-elle. Impulsive et souriante, adore la musique et fait même de la salsa quand elle en a l’occasion. Dans Complément d’enquête, la coureuse confie galérer pour se nourrir et payer son loyer. Pendant vingt heures par semaine, elle conseille des chaussures aux clients d’un décathlon. « Je travaille pour remplir mon frigo alors que je devrais m’entraîner sur le terrain », se lamente-t-elle.

Phara Anacharsis, coureuse de haut niveau et vendeuse de baskets

Jolie renaissance

Touchée par une profonde blessure au pied, Phara a lutté pour retrouver son niveau. «C’était hyper douloureux et surtout c’est très long à soigner. » Aujourd’hui encore, quelques douleurs subsistent mais rien comparé à la galère de la saison passée. « Pendant deux ou trois mois, j'avais envie d’arrêter. C’est dur de ne pas faire de performances », raconte-t-elle à La Voix du Nord.

À Rio, non seulement la Martiniquaise s’aligne sur le relais 4 fois 100 mètres, mais elle s’élance également en individuel sur le 400 mètres haies.

Les dates clés
17 décembre 1983 : naissance à Fort-de-France
2012 : médaillée d’argent des championnats d’Europe sur le relais 4 fois 400 mètres féminin
2016 : vice championne d’Europe du relais 4 fois 400 mètres féminin pour la 3E fois. Record personnel sur le 400 mètres haies

A lire aussi

Sur le même sujet

Périnne Diot, interprète Français - langue des signes française

Les + Lus