Rousies : un braqueur de supermarché et son complice interpellés

(Illustration) / © MAXPPP
(Illustration) / © MAXPPP

La sûreté urbaine du commissariat de Maubeuge vient d'élucider une enquête sur le braquage d'un supermarché mercredi dernier à Rousies, et de procéder à l'interpellation de son auteur et de son complice présumé. 

Par TM

L'auteur du braquage mercredi soir d'un supermarché Carrefour Contact à Rousies et son complice présumé, ont été déférés dimanche à l'issue de leur gardes à vue  et placés en détention provisoire, dans l'attente d'une comparution immédiate ce mardi après-midi. 

Le duo a été interpellé vendredi et samedi, dans le cadre d'une enquête rondement menée par les policiers de la sûreté urbaine du commissariat de Maubeuge. 

Téléphonie

C'est à la fermeture du magasin que le braqueur, cagoule sur la tête et arme directement pointée en direction de deux employées du supermarché, avait fait irruption. Les deux salariées avaient réussi à s'enfermer dans un bureau. Ne parvenant pas à l'ouvrir, le malfrat avait pris la fuite avec le téléphone d'une employée et un porte-monnaie contenant 20 euros. 

A leur arrivée sur place une minute après la fin du braquage, les forces de police croisaient une voiture roulant feux éteints. Ils en ont relevé l'immatriculation, ce qui leur a permis de placer en garde à vue, dès jeudi, le propriétaire de cette voiture. C'est un Maubeugeois de 21 ans, déjà très connu des services de police, notamment pour ce type de faits. Mais il a dû être relâché dans un premier temps, faute d'éléments probants à sa charge. 

Dans le même temps, et malgré un changement de puce, des investigations ont été menées sur le téléphone volé lors du braquage et l'auteur principal était identifié. Originaire de Louvroil, le jeune homme de 19 ans a été interpellé vendredi et a avoué le braquage, évoquant son projet d'en commettre un nouveau samedi à Maubeuge. Il a dénoncé le suspect arrêté puis relâché la veille comme étant son complice. Ce dernier a été de nouveau interpellé à l'aube samedi. Il nie les faits. 

Comme son comparse, il a été placé en détention et sera jugé mardi après-midi.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus