Accessibilité et handicap à Amiens : ce qu'en pensent les associations

La semaine dernière, Amiens obtenait la distinction la plus haute du label Destination pour tous qui met à l'honneur les villes qui adaptent leur offre touristique aux personnes en situation de handicap. Qu'en pensent les acteurs du terrain ?

À Amiens, de gros efforts ont été fournis pour améliorer l'accessibilité du centre-ville
À Amiens, de gros efforts ont été fournis pour améliorer l'accessibilité du centre-ville © FTV
Jeudi dernier, la ville d'Amiens devenait la première ville française à décrocher la distinction la plus haute de la marque Destination pour tous. Une distinction pour les municipalités qui adaptent leur offre touristique aux personnes en situation de handicap. Christine Trepte, représentante de l'association APF France handicap Somme revient pour nous sur l'accessibilité de la métropole.
 


De beaux efforts...

"Le 100 % accessible, on ne l'aura jamais, mais la ville a livré de beaux efforts pour obtenir cette marque certes destinée aux touristes mais qui améliore aussi le quotidien des résidents", reconnaît Christine Trepte, qui se félicite de la volonté politique affirmée de la municipalité en matière d'accessibilité. "Nous voulons faire venir les personnes en situation de handicap dans l'hyper-centre."

Un centre-ville où de nombreux progrès ont déjà été accomplis : une majorité de commerces sont désormais équipés de sonnettes et de rampes d'accès pour les fauteuils et de plus en plus de vendeurs sont formés sur la question.


Sauf dans le bus

"Une seule chose nous révolte, dénonce la représentante d'APF France handicap Somme, ce sont les nouveaux bus équipés de rampes manuelles. Les personnes en fauteuil doivent être accompagnées ou bien solliciter de l'aide. Et comme la rampe est à l'intérieur du bus, les autres passagers doivent s'écarter pour qu'elle puisse être dépliée."

Interrogée la semaine dernière sur le sujet, Catherine Girard, directrice de la cohésion sociale et du CCAS d'Amiens, expliquait que la ville avait choisi des rampes manuelles "parce que, contrairement aux rampes électriques, elles ne tombent pas en panne." Un faux argument pour Christine Trepte, qui explique avoir eu des discussions très dures à ce sujet avec les services de la ville. "On veut bien être constructifs pour trouver des solutions mais là, c'est inadmissible."


Des pistes d'amélioration dans les quartiers

Pourtant, dans l'ensemble, APF France handicap est plutôt satisfaite de l'engagement de la ville d'Amiens, qu'elle place dans le premier tiers de son baromètre des chefs-lieux de France en terme d'accessibilité. La représentante de la Somme reconnaît des efforts réguliers sur les infrastructures municipales. "À Amiens, on a l'avantage d'être une ville à taille humaine, ce qui facilite les choses, notamment d'un point de vue budgétaire."

Il reste néanmoins toujours des pistes d'amélioration, notamment dans les quartiers. Sur le plan médical et paramédical d'abord, il faut développer l'accessibilité des cabinets médicaux, des dentistes aux gynécologues en passant par les ophtalmologistes. "De nombreux usagers n'ont pas le choix de leur médecin, ils optent simplement pour celui qui est accessible", déplore Christine Trepte. Sur le plan scolaire ensuite, il faut davantage travailler l'inclusion dans les écoles primaires et les collèges. Et bien sûr, il est nécessaire de fournir des efforts au niveau des transports. En matière d'accessibilité, il reste donc toujours des progrès à faire.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap société tourisme social économie