L'ancien coureur amiénois Stéphane Desaulty entraîne désormais des personnes sans-abris

Entraînement de l'ancien coureur amiénois Stéphane Desaulty avec des sans-abris au parc Longchamp de Marseille - Avril 2019 / © France 3 Picardie
Entraînement de l'ancien coureur amiénois Stéphane Desaulty avec des sans-abris au parc Longchamp de Marseille - Avril 2019 / © France 3 Picardie

Après 16 ans loin des pistes d'athlétisme, Stéphane Desaulty, ancien coureur de 3000m steeple originaire d'Amiens, s'est reconverti. À côté de son métier d'électricien, à Marseille, il entraîne désormais des personnes SDF et leur transmet sa passion du sport. 

Par E.E / France 3 Picardie


Il s'était promis de ne plus jamais entraîner. Pourtant aujourd'hui l'Amiénois Stéphane Desaulty est en pleine rédemption.

En 2003, l'athlète international sur 3000 steeple, est condamné par la justice pour faux et usage de faux. Le coureur a falsifié des ordonnances pour acquérir de l'EPO. Il abandonne alors le sport et tente de se reconstruire.

"De part le principe que j'ai bafoué les plus belles règles du sport, on appelle cela le dopage, je ne me voyais pas déontologiquement entraîner des gens, mais aujourd'hui tendre la main à quelqu'un qui a des difficultés, je trouve que c'est une belle image et puis plus ça va plus je me dis que finalement, c'est eux qui me tendent la main", confie l'ancien athlète. 
 
DOSSIER SPORT : l'ancien coureur amiénois Stéphane Desaulty entraîne désormais des personnes sans-abris
Reportage d'Emilie Montcho, Aurélien Barège et Léo Segala.
 

"Une nouvelle porte d'entrée dans la vie"


Dans les montées du parc Longchamp à Marseille, Stéphane Desaulty entraîne désormais des sans-abris. "Ce sont des personnes exceptionnelles parce qu'elles font tout avec le sourire et pourtant ce sont des gens qui dorment dehors, 3 à 4 h par nuit, qui ne se nourrissent pas bien, et par le sport ils sont en train d'accéder à une nouvelle porte d'entrée dans la vie"', témoigne-t-il. 
 

Deux fois par semaine, le petit groupe se retrouve. Malgré un entraînement intense, les coureurs en redemandent. "C'est un moment de détente où on peut oublier les soucis de notre quotidien, on se concentre juste pour la course", confesse Mouloud. 
 

Bientôt prêts pour un marathon ? 


Grâce à l'association La Bagagerie, située à quelques mètres, les coureurs peuvent déposer leurs affaires dans des casiers en toute sécurité. "Il en découle une certaine positive attitude, on le voit rien que pour leurs démarches administratives, ils ont plus de motivation, certains qui avaient des addictions les ont moins, ils reprennent goût à la vie", atteste Alexandre Sanz, chargé de mission de La Bagagerie. 

Prochain objectif : participer à Marseille-Cassis fin octobre. 20km entre les deux villes des Bouches-du-Rhône et désormais un nouveau challenge à accomplir. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus