• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Le coût de la vie pour les étudiants en hausse à Amiens, les frais de rentrée en légère baisse dans la région

© PHOTOPQR/LE COURRIER PICARD/MAXPPP
© PHOTOPQR/LE COURRIER PICARD/MAXPPP

Selon le classement annuel de l'Unef, Amiens se situe en milieu de tableau avec une augmentation du prix de la vie de 2,59% pour les étudiants. En ce qui concerne les frais de rentrée pour les étudiants, la FAEP le note une légère baisse dans l'ex-Picardie.

Par Célia Vanier

Étudier à Amiens nécessite un porte-monnaie bien rempli... À quelques jours de la rentrée universitaire, le syndicat Unef publie ce vendredi son classement annuel des 40 plus grosses villes universitaires.

Amiens figure en milieu de classement (25e) avec un coût mensuel de la vie estimé à 803,05€ pour un étudiant en moyenne. Le calcul de ce chiffre comprend le loyer, l’alimentation, les charges, les livres, le téléphone, les loisirs et le coût annuel des transports. Ce coût mensuel estimé est en hausse de 2,59%. En 2016, il était de 736€.

En termes de loyer Amiens arrive en 22e position avec un loyer moyen de 411,00 € selon l'UNEF qui a calculé ce chiffre à partir de données fournies par www.locservice.fr. C'est 2,13% de plus que l'an dernier, ce qui constitue une des plus grosses augmentations de loyer hors région parisienne.

"Cette augmentation est la preuve d’une nécessité d’un encadrement des loyers dans l’ensemble des villes universitaires", commente l'Unef.
 

La région Haut de France, et en particulier l’ancienne région Picardie ont mis en place nombre de dispositifs à destination des jeunes en études. Alors que le fond de garantie pour le logement en cité universitaire ou encore l’aide à la santé des étudiants boursiers n’existaient que dans la région Picardie, "il est essentiel que ces dispositifs soient étendus à l’ensemble du territoire Hauts de France", selon l'Unef.

Concernant les dépenses pour les transports en commun, Amiens figure parmi les villes les moins chères. Comptez environ 195,6€ mensuel pour ce poste de dépense.
 
​​​​
L'Unef déplore la disparition de l'encadrement des loyers. "Chaque année, ce sont les petites surfaces qui augmentent le plus et ce sont les étudiants qui sont les plus touchés, dénonce vendredi 24 août sur franceinfo, Lilâ le Bas, la présidente du syndicat étudiant. L'année dernière, le système avait été mis en place à Lille et cela avait fait baisser les loyers. Cette année, la mesure a été annulée par la justice, et on voit que les loyers augmentent. Donc nous demandons que cet encadrement des loyers soit mis en place dans les villes universitaires, mais aussi dans les agglomérations." 

La ville étudiante la moins chère est Limoges, la plus chère étant sans surprise la capitale, avec un écart de 503 euros entre les deux (1224€ contre 721€).
 

Le coût de la rentrée en légère baisse


Dans son rapport publié ce madi 28 août, la FAEP (fédération des associations étudiantes picardes) note une baisse générale de 5,90 % de l’indicateur permettant ainsi une baisse de 10,62 % des frais spécifiques de rentrées. 

Une information que la fédération invite toutefois à relativiser. En effet, les bienfaits de la loi ORE (Orientation et Réussite Étudiante), concernant les frais spécifiques de rentrée, marquent la fin du régime de sécurité sociale étudiante et ainsi de sa cotisation à hauteur de 217 euros, complétée d’une légère diminution des frais d'inscription. 

"Position historique soutenue par la FAEP et plus généralement par la FAGE depuis de nombreuses années, cette réforme n’engendre pas pour autant une diminution de la précarité étudiante dans sa globalité", conclut la FAEP dans son rapport, selon lequel les dépenses pour le logement augmentent de 2,17% et celles pour la complémentaire santé de 3,04%.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le film "Merci patron !" de François Ruffin a dépassé les 300 000 entrées

Les + Lus