Covid-19 : les étudiants étrangers grands absents de la rentrée de l’université de Picardie

L’épidémie de coronavirus en a dissuadé plus d’un. Parmi les 1100 étudiants étrangers attendus chaque année en cette période de rentrée, ils ne sont que 450 à s'être présentés à l’université de Picardie d’Amiens.
 

L'accueil des premiers étudiants étrangers de l'Université de Picardie lors de la rentrée le 18 septembre.
L'accueil des premiers étudiants étrangers de l'Université de Picardie lors de la rentrée le 18 septembre. © France 3 Picardie
Les accents se mélangent sur le parvis de l’université de Picardie d’Amiens où discutent une dizaine d’étudiants étrangers. En cette rentrée un peu particulière, une file d’attente bien moins fournie que d’habitude patiente devant le guichet unique prévu pour finaliser les inscriptions.
  

Nous avions décidé d’essayer de faire une rentrée normale avec toutes les précautions nécessaires, c’est ce que nous faisons. Les étudiants sont tous bien masqués. Nous avons mis à disposition du gel hydroalcoolique et mis en place des cours à distance pour ceux ne pouvant pas arriver à temps et qu’ils puissent récupérer.

Marie Françoise Melmoux-Montaubin, Vice-présidente en charge des Relations Internationales


La moitié des étudiants Erasmus présents

Comme partout ailleurs, l’université a adapté son organisation pour accueillir au mieux les étudiants venus malgré le contexte épidémique. "Pour les étudiants en programme d’échanges, nous avons à peu près la moitié des étudiants présents. Les étudiants américains ou canadiens n’ont pas pu venir. Et pour les étudiants individuels, hors programme d’échanges, ils arrivent petit à petit. Ils sont eux bien au rendez-vous," constate Marie Françoise Melmoux-Montaubin, Vice-présidente en charge des Relations Internationales. Une situation que tient tout de même à relativiser la vice-présidente : "Globalement, beaucoup n’ont pas annulé leur séjour, mais l’ont reporté au deuxième semestre", reprend-elle.

Selon cette dernière, l’absence des étudiants Erasmus s’explique essentiellement par de l’inquiétude. Un constat appuyé par Béatrice, une étudiante italienne. "Beaucoup de mes amis qui auraient dû partir en Erasmus ont décidé de rester à la maison. Ils ont peur, ils se sentent en danger à l’étranger."

Au-delà des inscriptions, ces absences se ressentent aussi dans les résidences universitaires dont les couloirs sonnent encore un peu creux. "Habituellement, ils sont entre 200 et 300. Aujourd’hui, ils sont entre 20 et 30",  expose Laetitia Salé, directrice de la Résidence Universitaire d’Amiens sud.

Entre réticence des cours à distance et problèmes administratifs

Covid oblige, les enseignements ont été adaptés pour permettre la continuité pédagogique la plus poussée. Rentrée échelonnée, une majorité de cours en présentiel, mais aussi des cours à distance et la mise à disposition de supports numériques. Cette possibilité de suivre les cours à distance ne serait d'ailleurs pas étrangère à la présence plus faible des étudiants étrangers sur le campus.
Les trousseaux de clés de la résidence universitaire d’Amiens sud.
Les trousseaux de clés de la résidence universitaire d’Amiens sud. © France 3 Picardie
Et ce ne sont pas les lieux auparavant conviviaux et désormais fermés ou soumis à des règles sanitaires très strictes comme les cuisines universitaires ou les salles d'études qui vont les encourager à venir récupérer le trousseau de clés de la chambre universaire qui les attend. Plusieurs dizaines d'entre-elles devraient néanmoins trouver leur propriétaire dans les semaines qui viennent. Une fois la délivrance du visa si attendu ou les résultats de tests leur permettant enfin de voyager vers la Picardie tombés. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société coronavirus/covid-19 santé